A la veille de la sortie de Blade Runner 2049, on regarde où en sont certaines des technologies qui apparaissaient dans le film de 1982.

Les voitures volent dans le Los Angeles de Blade Runner
Les voitures volent dans le Los Angeles de Blade Runner © Blade Runner

Le scénario n'est pas sorti de la tête de Ridley Scott mais est fortement inspiré d'un livre écrit par Philip K. Dick "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?" écrit en 1966. Pour ceux qui n'ont pas vu le film ou qui l'auraient un peu oublié : il se déroule en 2019 dans un Los Angeles très noir. C'est sale, pollué, il pleut, il fait nuit tout le temps, d'ailleurs la plupart de la population a décidé de partir sur Mars.

Et justement Mars, Elon Musk en parlait en fin de semaine dernière. Il a annoncé que sa "Big Fucking Rocket" permettrait d'envoyer un premier cargo sur la planète rouge en 2022. On sait que le fantasque entrepreneur américain est coutumier des effets d'annonces mais il est loin d'être le seul à s'intéresser à la conquête de Mars. La NASA a également un programme ainsi que les Emirats Arabes Unis. Ils projettent d'être la première puissance à y construire une ville habitable d'ici... 2 117.

Clones et utérus artificiel

Dans le film de 1982, Harrison Ford incarne un Blade Runner, sorte de policier dont la mission est d'éliminer les réplicants. Les réplicants sont des humanoïdes, non pas dans le sens robot mais de clone. Ils ont été créés par des généticiens de la Tyrell corp dont le slogan est "faire des humains plus qu'humain" et pour cela ils leur ont même implanté des souvenirs. Dans la réalité, les scientifiques ont montré depuis la brebis Dolly qu'ils savaient cloner. On peut aujourd'hui faire "répliquer" son chien moyennant 90 000 dollars. Pour des raisons éthiques le clonage humain est lui interdit.

Des chercheurs travaillent maintenant sur des utérus artificiels pour pouvoir faire grandir les embryons en dehors d'un organisme vivant. Une équipe américaine a récemment réussi à faire grandir des embryons d'agneau pendant 4 semaines dans des sortes de grands sacs en plastique reliés à des circuits sanguins. Mais de là à être capable d'y développer des humains jusqu'à une taille adulte comme dans Blade Runner, on est largement dans de la science fiction et... heureusement!

Bientôt des voitures volantes

Des dizaines d'entreprises dont la très sérieuse Airbus travaillent sur des projets. Dernière en date à avoir fait parler d'elle la société allemande Lilium qui développe un appareil électrique. Lors d'un test effectué il y a quelques mois, on y voit le véhicule décoller comme un hélicoptère puis une fois suffisamment haut partir à la manière d'un avion classique. Autre entreprise très avancée sur le sujet : AeroMobil. 500 unités sont prévues dès 2020. Leur prix : entre 1,2 et 1,5 million d’euros.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.