Et si ce soir vos enfants rentraient avec comme devoirs : jouer à un jeu vidéo ou regarder la série Game Of Thrones ?

Et si ce soir, vos enfants rentraient de l'école avec la consigne de jouer à des jeux vidéo ?
Et si ce soir, vos enfants rentraient de l'école avec la consigne de jouer à des jeux vidéo ? © Getty / Christian Science Monitor

Le Conseil régional d’Île de France a annoncé la semaine dernière l'entrée d'outils innovants dans quelques lycées franciliens. Des applications ou site internet développés par des startups pour accompagner les professeurs dans leur enseignement.

SpeakShake permet, par exemple, aux élèves de discuter en vidéo avec d'autres lycéens étrangers, 15 minutes dans une langue, 15 minutes dans l'autre. La startup Serious factory offre, elle, aux professeurs un outil pour créer leur propre serious game. L'enseignant conçoit le scénario qu'il souhaite avec plusieurs choix possibles. Des jeux vidéo sérieux pour, par exemple, aider des élèves en bac pro vente à apprendre à se comporter face à un client.

Dernier exemple : English Attack!, un site internet pour apprendre l'anglais en regardant des extraits de films, de séries mais aussi de journaux télévisés. Grey's anatomy, Big Little Lies, The Good Wife, Lalaland, La planète des singes ou CNN, il y en a pour tous les goûts. Les extraits durent 3 minutes maximum puis l'élève doit répondre à des exercices de compréhension, de grammaire ou de vocabulaire.15 établissements l'utilisent en France, 1500 en Amérique Latine.

Encore une énième expérimentation ?

Il est vrai qu'en matière d'école numérique, les expérimentations se sont multipliées ces dernières années. Jusqu'ici, c'était plutôt à qui allait annoncer le plus de matériel : 880 tablettes pour les collèges de tel département, 2500 ordinateurs portable pour tel autre. Sauf que faute de contenu ou de wifi, ils se retrouvaient abandonnés sur une étagère. Mais les choses sont en train de changer. Certes les professeurs manquent encore de formation, certes tous les établissements ne sont pas encore connectés mais il y a eu un véritable effort sur la mise à disposition de contenus, de ressources numériques pour les professeurs.

La personnalisation de l'enseignement est un des grands atouts du numérique. Notamment grâce à l'adaptive learning, des logiciels avec de l'intelligence artificielle qui s'adapte au niveau de l'élève. "Le numérique n'est pas quelque chose de magique" commente le proviseur d'un lycée pilote d' Île de France "mais aujourd'hui on ne peut pas passer à côté".

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.