Expérience de jeu où se mélangent vrai décor et réalité virtuelle, "Libérez Emilie" place deux participants dans une pièce. L'un porte un casque de réalité virtuelle, l'autre fouille dans un vrai décor.

Dans Libérez Emile, il faut que le joueur qui porte le casque de réalité virtuelle réussisse à communiquer avec celui qui cherche les indices dans la pièce
Dans Libérez Emile, il faut que le joueur qui porte le casque de réalité virtuelle réussisse à communiquer avec celui qui cherche les indices dans la pièce © 104

Après avoir tâtonné dans le noir pour trouver une lampe de poche, vous entrez dans une petite pièce. La porte se referme et se verrouille derrière vous. Heureusement, vous n'êtes pas seule. Avec votre partenaire de jeu, vous commencez à explorer la chambre avec le maigre faisceau de lumière dont vous disposez : au sol un vieux matelas, dans le coin un lavabo entartré et au milieu de la pièce, un casque de réalité virtuelle pendouille. La voix d'une jeune femme s'en échappe. C'est Emilie, celle que vous êtes censés libérer. Elle a été kidnappée il y a plusieurs années. Et La pièce où vous êtes est celle dans laquelle elle a été enfermée. 

Un avatar d'Emilie apparaît dans le casque de réalité virtuelle
Un avatar d'Emilie apparaît dans le casque de réalité virtuelle / Cinétévé

Avec votre partenaire, vous cherchez des indices à la fois grâce à ce qui se passe dans le casque de réalité virtuelle et physiquement dans la pièce. Une réalité virtuelle qui n'est pas ici un gadget mais une vraie composante de l'expérience. "C'est dans le mélange de cet univers que l'on va pouvoir donner à ressentir cette fiction totale avec un engagement physique, et découvrir ce qu'est la réalité virtuelle mais avec une connexion réelle. On amène les gens à ressentir quelque chose qui n'existe pas ." explique David Bigiaoui, le co-producteur de "Libérez Emilie".

Et c'est vrai que la réalité virtuelle apporte vraiment à l'expérience

Il faut réussir à bien communiquer entre le joueur qui vit le récit cauchemardesque de cette jeune femme dans le casque de réalité virtuelle et celui qui cherche les indices physiques dans la pièce. Je vous avoue d'ailleurs que c'est un de mes grands regrets : j'ai un peu trop délaissé Emilie qui me parlait, se confiait dans le casque de réalité virtuelle, pour privilégier avec ma coéquipière la recherche d'indice dans la pièce. Le producteur nous l'a bien répété à la fin : ce n'est pas un escape game, ces jeux d'évasion où le but est d'être le plus rapide. Ici il faut prendre son temps et écouter Emilie. 

Une expérience à vivre à deux jusqu'en décembre prochain au 104, rue Curial à  Paris pour 24€/personne.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.