Eel Energy développe une hydrolienne unique au monde : une sorte de grande nageoire dont le but est de produire de l'électricité grâce aux courants marins.

L'hydrolienne ondulante pourra être placée dans la mer ou dans un fleuve
L'hydrolienne ondulante pourra être placée dans la mer ou dans un fleuve © Eel energy

Aujourd'hui la majorité des hydroliennes ont des hélices avec des pales (comme des éoliennes mais dans l'eau). Là, il s'agit d'une sorte de grande nageoire dont le but est de produire de l'électricité grâce aux courants marins. Cela fait quatre ans que le projet est développé par l'entreprise Eel Energy à l'IFREMER (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer) de Boulogne-Sur-Mer. Les premiers essais grandeur nature ont eu lieu ces trois dernières semaines dans la rade de Brest avec un petit prototype. La nageoire est fabriquée en fibre de carbone recouverte de caoutchouc. Pour le test, elle est traînée par un bateau mais à l'avenir, elle sera ancrée à un endroit fixe. Une technologie très intéressante par rapport aux autres énergies renouvelables selon Franck Sylvain le directeur de Eel Energy.

Autre avantage : elles ne polluent pas l'horizon puisqu'elles sont sous l'eau. Selon ces concepteurs, elles ne sont pas non plus perturbantes pour la faune marine puisqu'elles ont justement ce mouvement d'ondulation. L'idée est ensuite de trouver des endroits pas trop éloignés des côtes avec des courants constants et importants de marées pour pouvoir implanter des bancs d'hydroliennes ondulantes. Mais de ce côté là la France et plus particulièrement l'Ouest de la France sont plutôt très bien dotés. Il ne faut pas qu'elles soient situées trop loin des côtes car il faut transporter l'électricité et un câble sous-marin coûte un millions d'euros du kilomètre. Eel Energy pense être capable de proposer une première vraie installation pour fin 2019-début 2020. 

Ces hydroliennes pourront aussi équiper des fleuves, Franck Sylvain son directeur donne comme exemple le Congo en Afrique ou l'Amazone au Brésil. Au lieu de mettre des grands barrages, les producteurs d'électricité pourraient créer des fermes d'hydroliennes à proximité des villages pour éviter de faire des énormes réseaux très coûteux. Un gros potentiel donc mais Eel Energie comme l'ensemble des entreprises françaises qui travaillent sur les énergies marines renouvelables que ce soit les éoliennes flottantes ou les hydroliennes attendent maintenant des appels à projet du gouvernement pour pouvoir lancer des fermes pilotes. Et si Nicolas Hulot a encore répété récemment qu'il y en aura, aucune date n'a été fixée. 

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.