Un programme entre des centres de recherche, universités et entreprises européennes et sud coréennes, le 5G Champion, va tester dans quelques jours la première expérience grandeur nature de 5G. Elle aura lieu dans une rue à proximité du village olympique.

Reconstitution d'un port, autonome grâce à la 5G, sur le stand Huawei au Mobile World Congress à Barcelone en février 2016
Reconstitution d'un port, autonome grâce à la 5G, sur le stand Huawei au Mobile World Congress à Barcelone en février 2016 © Radio France / Hélène Chevallier

En Corée du Sud, les testeurs de la 5G coiffés d’un casque de réalité virtuelle, pourront se retrouver en direct à Oulu en Finlande à 14 000 Kilomètres de là, sorte de télé transportation virtuelle. Pour corser le tout, ils seront dans un bus en mouvement, il roulera entre 60 et 80 kilomètres par heure. L'expérimentation aura lieu le 22 février prochain.

Le but de cette démonstration est de montrer la puissance et l’agilité de de la 5G.

La 5G aura un débit jusqu’à au moins 10 gigabits par seconde. Cela veut dire que vous pourrez télécharger un film en haute définition en moins d’une seconde. La latence, le temps qui s’écoule entre le moment où on appuie sur un bouton et celui où l’action à distance a lieu, va également énormément diminuer.  Elle sera en dessous de la milliseconde, c’est 20 à 50 fois plus rapide qu’aujourd’hui. Ce qui signifie que l’on va pouvoir manipuler des machines industrielles ou réaliser des opérations chirurgicales à distance, comme si on était vraiment présent et ce, avec un réseau mobile. 

Test d'une antenne 5G en chambre anéchoide au CEA Leti
Test d'une antenne 5G en chambre anéchoide au CEA Leti / CEA

C’est aussi sur ce réseau que se connecteront les voitures autonomes. L’un des enjeux de la 5G est la continuité du réseau. En voiture ou dans un train, l’internet a tendance à ramer voir couper. Et il ne faut pas que ce soit le cas pour une voiture sans conducteur. L’un des enjeux de la 5G se passe donc dans les antennes. Certaines antennes utilisées lors de cette expérimentation aux JO en Corée, ont été conçues par le LETI. Ce laboratoire du CEA à Grenoble coordonne cette première expérimentation en Corée du Sud. Des antennes capables d’orienter le réseau en fonction des utilisateurs comme l'explique Emilio Calvanes Strinati, le coordinateur du projet : "Ces antennes sont très fortement directives, on peut vraiment viser l'objet voulu et le suivre. Par exemple, on a des entrées dans des gares, comme l'accès aux JO ou la gare de Séoul à l'heure de pointe, où l'on peut vraiment servir beaucoup de monde et donner beaucoup de débit en très peu de temps". 

Le réseau 5G sera composé de plein de petites antennes réparties un peu partout.  Le réseau du futur ne devrait être véritablement utilisable que dans au moins trois ans. Vous pouvez encore garder vos vieux smartphones. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.