Ce mercredi, à La Rochelle, sera inaugurée la plus grande installation photovoltaïque organique au monde : 500 m² installés sur le toit d'un collège.

500 m2 de film photovoltaïque organique ont été installés sur le toit du collège Pierre Mendès France à La Rochelle
500 m2 de film photovoltaïque organique ont été installés sur le toit du collège Pierre Mendès France à La Rochelle © Radio France / Hélène Chevallier

Les techniciens étaient en train d'effectuer les derniers branchements en fin de semaine dernière : 500 m² de film photovoltaïque installés sur les toits du collège Pierre Mendès France. Rien à voir avec les gros panneaux solaires classiques : il s’agit ici de longues bandes de film collées sur le toit en zinc. Un toit sur lequel il n’aurait pas été justement possible d’installer un système classique "C'est une toiture légère qui ne supporte pas un poids trop important et qu'on ne peut pas venir percer car cela engendrerait des problèmes d'étanchéité sur la toiture", explique Quentin Van Nieuwenhoven, ingénieur chez Laborelec, le laboratoire d'Engie en Belgique. Et c’est là, la grande force de cette technologie : "Ce film comme on le colle, n'engendre aucun problème au niveau du bâtiment" ajoute-t-il.  

Jean-Pierre Ruiz Le principal du collège Pierre Mendes France espère diminuer sa facture de 15 à 20%, car l’énergie produite par le film est aussitôt consommée par l’établissement scolaire.

Ce film organique est comme une feuille de papier un peu épaisse. Sa souplesse et son faible poids lui permettent d'être installé sur des toits arrondis ou même des façades, et comme sa taille est illimitée en longueur, on peut totalement l’adapter, l’optimiser à la surface

Parmi les autres avantages : son installation se fait très rapidement. On déroule le film un peu comme une moquette. Deux semaines ont été nécessaires pour le collège, là où il aurait fallu compter plutôt trois mois pour une installation similaire avec des panneaux solaires.

Enfin, il est plus écologique puisque ici, pas de silicium mais du carbone, une ressource que l’on trouve comme le silicium à foison, mais qui n’a pas autant besoin de traitement chimique pour être transformé, d’autant qu’il ne faut qu’un gramme pour une surface d’1 m².

Un film complémentaire aux panneaux classiques 

Le rendement est quatre fois inférieur aux panneaux solaires classiques mais il devrait s'améliorer d'ici deux ans. Le coût est lui trois fois supérieur actuellement mais diminuera lorsqu'il passera en phase d’industrialisation en 2019.

Une précision : le film n’est pas fabriqué par Engie mais par Heliatek, une entreprise allemande dans laquelle l’entreprise d’énergie a investi. Elle en possède 6,6%. Pour Engie, il s’agit d’une technologie non pas concurrente mais qui viendra en complément des panneaux classiques, pour pouvoir installer du solaire là où ce n’était pas possible avant.

Pourquoi ce collège à La Rochelle ?

Le département de Charente-Maritime a lancé l’année dernière un grand plan pour équiper tous les bâtiments publics en photovoltaïque. Le collège Mendès France est le quatrième établissement scolaire à être équipé, mais le premier avec cette technologie de film organique. Il va faire office de laboratoire grandeur nature pour Engie, mais aussi pour le département. Si c’est concluant, la Charente Maritime pourrait investir dans cette technologie pour ses autres bâtiments, notamment ceux qui sont classés et pour lesquelles il était pour le moment inenvisageable d’installer des panneaux solaires classiques.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.