Dans le journal du futur cette semaine : les députés européens ont voté une résolution contre les armes autonomes et BMW a révélé sa première moto qui roule toute seule.

Dans le film Terminator, un robot humanoïde le T800 est programmé pour éliminer toute résistance humaine
Dans le film Terminator, un robot humanoïde le T800 est programmé pour éliminer toute résistance humaine

Les députés européens ont largement voté avant hier une résolution interdisant les systèmes d'armes létales autonomes, des machines pilotées uniquement par une intelligence artificielle capable de tuer des cibles sans être télécommandées par un humain.  Un des exemples les plus connus de la science fiction c'est bien sûr Terminator. Heureusement ce n'est qu'un film, quoique, de grandes puissances comme les Etats-Unis ou la Russie dépensent beaucoup d'argent dans la recherche pour ces machines autonomes. Il y a certes énormément de fantasmes sur ce qui est développé dans les laboratoires mais on a pu voir déjà des vidéos de robots humanoïdes, clairement moins avancés que Terminator, mais déjà assez effrayants. 

Des armes autonomes qui peuvent aussi prendre la forme de drones ou de chars. Pour le moment, aucun de ces engins n'a été déployé sur des terrains de guerre mais ils sont de plus en plus nombreux à prendre les devants et à alerter. Depuis deux ans, des scientifiques, des ONG de défense des droits et même certains états s'élèvent contre ces robots tueurs. Le sujet est régulièrement au programme de réunion à l'ONU sans que pour le moment d'accord n'ait été trouvé. La résolution du Parlement européen est certes non contraignante mais elle a au moins le mérite d'exister et de remettre un petit coup de pression. 

Une moto qui roule toute seule

BMW a dévoilé cette semaine à Miramas (Bouches du Rhônes) sa première moto autonome. Dans la vidéo, une moto tout ce qu'il y a de plus normale roule sur un circuit, prend des virages, s'arrête et se pose sur sa béquille sans personne dessus.

Le but selon BMW n'est pas d'ôter le plaisir de la conduite des deux roues. Stephan Hans un des ingénieurs qui a travaillé secrètement pendant deux ans sur cette moto, explique que le projet n'est pas d'avoir une moto 100% autonome mais de rendre sa conduite moins dangereuse. Le deux-roues pourrait, par exemple, freiner à la place du motard si ce dernier n'a pas vu un obstacle, un peu comme certaines voitures le proposent déjà. Quand on sait que les motards ont 27 fois plus de risques de mourir qu'un automobiliste, ce n'est peut-être pas inutile, en tout cas sur le papier. Dans les faits, les deux roues doivent souvent slalomer dans les embouteillages, on peut craindre que l'intelligence artificielle de la moto passe son temps à freiner automatiquement avec le risque d'envoyer son conducteur dans les airs. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.