PSA a présenté, hier en avant-première, sur son site de La Janais près de Rennes la première expérimentation en Europe d'un système qui permet aux voitures de se parler entre elles. Il fonctionnera avec le réseau du futur, la 5G.

Le système C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything) permet aux voitures de communiquer entre elles mais aussi avec des infrastructures
Le système C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything) permet aux voitures de communiquer entre elles mais aussi avec des infrastructures © PSA

Le groupe automobile a profité de InOut un événement organisé par la métropole de Rennes sur la mobilité de demain pour présenter C-V2X. Ce système développé par l’équipementier Qualcomm permet aux véhicules de communiquer entre eux.  Démonstration avec Antonio Eduardo Fernandez Barciela, le directeur du projet véhicule connecté chez PSA. 

La démonstration utilise deux voitures du groupe. Toutes les deux équipées de la technologie C-V2X, la première avance quelques centaines de mètres devant la seconde. Au bout d'une ligne droite, et alors que nous sommes en pleine accélération, la voiture devant pile et instantanément dans notre voiture, une alarme retentit à laquelle s’ajoute un message sur l’écran du tableau de bord, indiquant le type de danger.   

Le test n’est ici effectué qu’avec deux voitures mais l’intérêt de cette technologie est quand il y a plusieurs véhicules entre les deux ou que le conducteur n’a pas de visibilité, un système qui sera incontournable à l’avenir pour les voitures autonomes.

Un système qui peut fonctionner sans réseau mobile

Même si ses performances seront augmentées par la 5G, le système n'en aura pas besoin pour que les véhicules puissent échanger des informations entre eux. Il passe par des bandes de fréquences réservées aux communications des transports intelligents. Ce qui sous-entend tout de même que toutes les voitures, peu importe la marque, doivent être équipées de la même technologie, ce qui n’est pas encore gagné pour le moment.

Le but de cette technologie de voiture communicante est vraiment d’augmenter encore plus la sécurité mais aussi de fluidifier le trafic. Car la communication ne se limite pas aux voitures entre elles. Elles peuvent aussi échanger des informations avec des feux tricolores ou des systèmes de gestion des routes, afin de recevoir par exemple des messages sur l'état de la chaussée. 

Aussi intéressante qu’elle soit cette technologie ne devrait pas arriver tout de suite en France. 

Qualcomm annonce qu’il va  commercialiser ses puces dès la fin de l’année. Les premiers véhicules PSA équipés devraient débarquer dans deux ans mais… en Chine ! Pékin pousse pour que cette technologie soit rapidement implantée. L’Europe, elle, n’est pas vraiment moteur sur le sujet. En France, l'expérimentation SCOOP a été lancée il y a plus de quatre ans. 3000 véhicules communicants devaient circuler sur 2000 kilomètres de routes connectées. L'expérience n'a toujours pas fini d'être déployée.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.