C'est le "de plus en plus connu" moteur de recherche européen, Qwant, qui a fait du respect de la vie privée son créneau, lancera de nouveaux services à la rentrée pour proposer un écosystème "à la Google" avec une différence majeur : il ne récupère pas les données personnelles de ses utilisateurs.

Dans les bureaux de Qwant à Paris
Dans les bureaux de Qwant à Paris © Maxppp / Marlene Awaad

On parle souvent de Qwant comme d'un futur Google européen avec tout de même quelques grosses différences et vous allez voir qu'il ne s'agit pas uniquement des données personnelles. En tout cas, côté stratégie. Comme Google, l'entreprise française a donc décidé de multiplier ses services pour créer son écosystème. Qwant a annoncé en fin de semaine dernière le lancement de son propre système de cartographie Qwant Maps, son service de courrier électronique Qwant Mail ou encore son système de paiement Qwant Pay.

Aucune donnée personnelle revendue

Sauf que ces données personnelles au delà de rapporter de l'argent, 80 euros par an et par utilisateur pour Google par exemple, elles permettent d'optimiser les services. Pour mieux cibler, rendre plus rapides plus pertinentes nos recherches sur internet par exemple. Pas de données récupérées est aussi synonyme de service un peu moins bon. Et bien Qwant espère avoir trouvé une parade avec Masq, un logiciel qui utilise vos données personnelles certes mais en les laissant sur votre smartphone. 

La protection des données personnelles, créneau d'autant plus porteur depuis le scandale Cambridge Analytica. Le moteur de recherche européen a connu des pics de connexion et est passé en trois mois de 50 à 70 millions de visiteurs uniques. Le souci de Qwant est maintenant de garder ses utilisateurs qui ne trouveront peut-être pas au début un service aussi optimale que celui de Google. Son patron Eric Léandri a donc décidé de rivaliser autrement en créant des partenariats comme cet été avec la sécurité civile : "Les pompiers pourront voir sur Qwant Maps les canadairs se poser dans l'eau et repartir". Qwant va également passer des partenariats avec des villes pour leur apporter des logiciels de gestion de leurs données publiques, un système qui permettra aux municipalités de mieux visualiser les données issues de la géolocalisation des camions poubelles ou de leur capteurs de pollution par exemple. Un logiciel gratuit pour les municipalités mais qui permettra à Qwant d'enrichir aussi son moteur de recherche. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.