L'application a un double objectif : faire de la livraison de produits frais dans les villes moyennes et revitaliser le petit commerce

Dans les grandes villes, c'est une véritable folie: les applications de livraison de nourriture (UberEat, Deliveroo ou encore Foodcheri) cartonnent mais qu'en est-il pour les villes moyennes? Celle de 20 à 100 000 habitants. Comme malheureusement certains de leur centres- villes, c'est plutôt le désert. Les centres-villes des communes moyennes sont de plus en plus touchés par la vacance commerciale. Des pas de porte qui restent des mois, des années sans trouver de repreneur. Elle concerne un commerce sur cinq dans les villes les plus touchées. "On a fait le constat qu'il y avait un vrai désert de services digitaux sur ces villes-là et il y avait un vrai besoin de re-dynamiser les commerces dans ces villes. Les commerçants n'ont pas les moyens d'être présents sur internet, ils sont en concurrence avec de gros centres commerciaux, qui leur font de l'ombre", explique David Denis, le créateur de cette application.

Please a été lancée dans deux villes: Evreux et Mantes-la-Jolie. On peut y commander des plats chez les restaurateurs du coin, c'est d'ailleurs ce qui marche le mieux mais aussi se faire livrer son petit déjeuner le week-end, des assortiments de charcuterie pour l'apéro ou des paniers de légumes. D'autres services comme le pressing devraient arriver également. A Mantes-la-Jolie, 3000 habitants ont téléchargé l'application, une trentaine de commerçants y proposent leur service. David Beautier, le patron d'un  magasin d'alimentation à la fois boucher-charcutier, fromager et primeur reçoit une quinzaine de commandes supplémentaires par semaine grâce à l'application. Une clientèle plus jeune qu'il ne voyait pas dans sa boutique avant. Please ne va pas selon lui sauver le commerce de proximité mais c'est un bel outil, un moyen de redonner un nouveau souffle à certains commerces. D'autant plus utile qu'à Mantes-la-Jolie, un centre commercial est en train de se construire. Please fonctionne comme une franchise : elle dispose de responsables dans chaque ville en charge de trouver les commerçants mais aussi les livreurs. L'application recherche d'ailleurs des partenaires à franchiser.

Bataille de robots géants

Cela n'a rien à voir mais cette nuit a eu lieu la première bataille de robots géants. Deux ans que certains attendaient cela.  Elle a été retransmise cette nuit sur Twitch.  A ma gauche, l'américain Eagle Prime, 4,9 mètres de hauteur, 12 tonnes. A ma droite, le japonais Kuratas, poids plume de 4 mètres pour 6 tonnes et demi. Ces robots tout droit sortis de Transformers ne sont pas autonomes mais manipulés par de vraies personnes à l'intérieur. Sur le papier, cela aurait dû être complètement délirant, le show de cette nuit était à mon goût un peu trop orchestré.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.