Plusieurs solutions sont à l'étude pour augmenter l'autonomie des voitures électriques grâce à des routes électrifiées. Certaines de ces technologies sont présentées au salon Electric Road à Nantes.

Représentation d'un projet de route électrique en Angleterre
Représentation d'un projet de route électrique en Angleterre © Highways England

Un des challenges des véhicules électriques est d’avoir une plus grande autonomie. Beaucoup d’industriels travaillent sur des batteries de grande capacité, des recharges ultra rapides. Une autre piste ce sont les routes elles-mêmes. Et si elles permettaient de recharger son véhicule tout en roulant ? 

En Suède, un tronçon de deux kilomètres de route électrifiée vient d'être inauguré. Les voitures se branchent via un bras mécanique qui se déploie sous la voiture sur un rail placé au milieu de la route. 

Des routes électriques à induction

Autre technologie étudiée : les routes à induction. Elles fonctionnent comme une plaque à induction dans une cuisine sauf qu’au lieu de faire cuire des légumes, le champ électro magnétique va recharger la voiture sans aucun contact. Technologie que Bombardier expérimente déjà en Allemagne et en Belgique pour des lignes de bus. Ils se rechargent à certains arrêts. 

L’entreprise canadienne de transport pourrait bientôt étendre ce système aux routes afin de permettre aux poids lourds électriques dans un premier temps de se recharger tout en roulant. Mais à 2 millions d’euros du kilomètre, dix fois plus qu’une route classique, la technologie n’en est qu’à ses balbutiements. Des pays comme la Chine semblent déjà très intéressés. Dans un premier temps, l'induction devrait être de plus en plus utilisée pour recharger des véhicules en stationnement. BMW va commercialiser cet été ses premiers systèmes pour recharger par induction une de ses voitures hybrides. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.