Ce week-end, à l'occasion de l'événement InOut à Rennes, les habitants ont pu découvrir des navettes autonomes, des bus 100% électriques, mais aussi des applications de co-voiturage. Car l'ambition de la métropole Bretonne est de devenir LA référence en terme de mobilité et de transport du futur.

L'événement avait lieu ce week-end mais certaines expérimentations se prolongeront toute l'année
L'événement avait lieu ce week-end mais certaines expérimentations se prolongeront toute l'année © InOut Rennes

Nantes, Bordeaux, Lyon, et maintenant Rennes, les Métropoles sont nombreuses à vouloir devenir une référence de la mobilité. Avec son événement InOut, la ville bretonne a fait découvrir tout le week-end les solutions de mobilités de demain. Pour le Président socialiste de la Métropole, Emmanuel Couët, elles ne passent pas uniquement par le développement du transport collectif : "Nos politiques étaient, jusqu'à présent, construites essentiellement autour des transports collectifs, ça reste le socle évidemment, nous avons une ligne de métro,  une deuxième dans deux ans, un réseau de bus extrêmement performant mais il faut s'attaquer à la voiture solo" explique-t-il, et cela en développement le co-voiturage: "Aux heures de pointe du matin, dans 100 voitures, il n'y a que 103 personnes transportées. Si les Rennaises et les Rennais co-voituraient seulement une journée par semaine, nous aurions résolu l'essentiel des problèmes de congestion et de pollution."

Pour encourager ce co-voiturage, la Métropole réfléchit très sérieusement à mettre en place d'ici 2020 des voies réservées aux voitures avec plusieurs passagers. Bordeaux est la première ville en France à avoir mis en place ce type de voie. Il s'agit pour le moment d'une expérimentation sur un tronçon d'un peu plus d'un kilomètre à Mérignac, mais selon les premiers résultats il ferait gagner 5 à 7 minutes sur les heures de pointe. La métropole pourrait donc étendre le concept à des voies dans le centre de Bordeaux. 

Rennes va également tester le ticket unique pour les transports en commun. 

Utiliser un seul et même ticket pour un voyage qui commence par un train et qui se finit en bus ou en métro, c'est l'expérimentation que va mettre en place la SNCF pendant deux mois à partir de début mai. Un ticket "multimodale" et dématérialisé que l'on téléchargera sur son smartphone et qu'il suffira de passer devant une borne à chaque étape. Le test ne concerne pour le moment que les trains régionaux, l'expérience devrait ensuite être également menée en Ile-de-France. 

Un logiciel qui analyse les déplacements des habitants de Rennes. 

Commercialisée par l’opérateur Orange, la plateforme Flux Vision analyse les données, anonymisées je vous rassure, des téléphones qui utilisent son réseau, et permet à la ville de mieux connaître les déplacements de la population sur son territoire. Depuis le mois de novembre par exemple, tous les 15 jours les déplacements des 30 000 spectateurs du stade Rennais sont analysés par les équipes de Pierre Jacobs, directeur d’Orange Ouest : "A quelle heure ils arrivent, où ils se garent, combien de temps ils mettent pour accéder au stade, rejoindre leur place au sein du stade. Tout cela, on est en train de l'analyser pour permettre d'améliorer l'accueil et proposer de nouveaux services."

Flux Vision est également utilisé par beaucoup de  festivals ou de plus petites communes qui voient leur affluence grimpée pendant les périodes estivales comme Paimpol par exemple. Le port de pêche des Côte d'Armor passe de 8 000 à 120 000 habitants pendant le festival du chant marin. L'étude des données des téléphones permet à la ville de comprendre d'où viennent les touristes et comment ils bougent dans la commune afin d'en améliorer notamment la circulation. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.