Eelo est un projet de téléphone libre dont le but est d'offrir une alternative plus éthique au duo Apple/Android qui monopolise le marché.

Eelo, le téléphone éthique de Gaël Duval, devrait sortir en janvier 2019
Eelo, le téléphone éthique de Gaël Duval, devrait sortir en janvier 2019 © Radio France / Hélène Chevallier

Si les constructeurs de smartphones sont nombreux, les systèmes d'exploitation, le logiciel qui fait tourner votre téléphone, se comptent sur deux doigts : iOS d'Apple et Android de Google. Sinon? Des miettes. Le duo représente 99,6% des smartphones vendus dans le monde en 2016. Les consommateurs ont donc le choix, et je grossis un peu le trait volontairement, entre d'un côté des téléphones chers qui nous enferment dans un écosystème ou des téléphones souvent plus abordables mais parce qu'ils se financent en partie en vendant nos données personnelles. 

Marqué par le scandale PRISM 

C'est en faisant ce constat et marqué par le scandale PRISM que Gaël Duval a commencé à cogiter à Eelo. PRISM, c'est ce programme de surveillance de masse qui permettait à la NSA de notamment se connecter directement sur les serveurs des utilisateurs d'Apple, Google ou encore Facebook pour siphonner les données personnelles des utilisateurs. Gaël Duval n'est pas un bleu. Il a déjà créé à la fin des années 90 Mandriva, un logiciel libre dont le but était d'offrir une alternative au duo sur ordinateur Microsoft/Apple.  Eelo est dans la même veine : il s'agit d'un smartphone créé avec des logiciels libres qui se veut plus respectueux des données personnelles.  

On ne connaîtra pas votre position géographique, information remontée en permanence par Apple ou Google. 

Et si jamais on était amené à la connaître, on ne va pas la conserver ou la croiser avec d'autres informations", explique Gaël Duval, le créateur d'Eelo ajoute : "Les mails et les photos seront conservés dans un cloud sécurisé auquel seul l'utilisateur aura accès. Nous on ne va jamais exploiter ces données-là pour en faire un quelconque business"   

Eelo se veut très ergonomique et accueillera toutes les applications. Elles seront notées pour leur respect des données personnelles.
Eelo se veut très ergonomique et accueillera toutes les applications. Elles seront notées pour leur respect des données personnelles. © Radio France / Hélène Chevallier

Plusieurs tentatives ont déjà échoué

Ubuntu Touch ou Firefox Os pour les plus connues se sont aussi lancés sur ce créneau mais tous deux se sont arrêtées l'année dernière après trois petites années d'existence. Gaël Duval est lui persuadé que les utilisateurs sont de plus en plus sensibles à cette problématique et souhaitent agir contre l'utilisation de leur données personnelles. Contrairement à Firefox, le smartphone pourra télécharger les applications les plus populaires comme Instagram ou Snapchat. Alors certes dans ce cas, l'utilisateur ne sera plus protégé contre l'utilisation de ses données personnelles mais Eelo l'informera justement par l'intermédiaire de son magasin d'application du "danger" qu'il encourt : "On va avoir une notation des applications, en partie automatique, avec des outils qui vont traquer toutes les données qui fuitent sur différents services", décrit Gaël Duval. " Et puis on va permettre aux utilisateurs de noter l'application. Comme cela les utilisateurs auront une vision assez claire de ce qu'ils utilisent."

Grâce à une campagne de financement participatif terminée fin janvier, Eelo a récolté près de 100 000 euros, quatre fois plus que prévu. Plutôt encourageant pour le projet français qui espère commercialiser son téléphone début 2019 pour un prix qui ne dépassera pas 500 euros pour son modèle haut de gamme, 200 euros pour le modèle entrée de gamme. 

Si le numérique libre vous intéresse :  ce week-end ont lieu à Lyon les journées des logiciels libres. L'événement fête ses 20 ans.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.