En Allemagne, la Bundesnetzagentur, l'agence fédérale des réseaux, a décidé d'interdire les montres GPS capables d'écouter à distance ce qui se passe autour des enfants. Les montres connectées pour enfant avaient déjà été pointées du doigt il y a quelques semaines pour des failles de sécurité.

L'étude de l'Agence allemande montre que les parents écoutaient les professeurs en cours
L'étude de l'Agence allemande montre que les parents écoutaient les professeurs en cours © Maxppp / Frédéric Cirou

Depuis quelques années, des montres GPS pour enfants sont apparues sur le marché. La cible : les enfants de moins de 12 ans, ceux qui ne sont pas encore équipés de téléphone portable. Accrochées aux poignées des bambins, elles permettent aux  parents de savoir à tout moment où est leur progéniture et aux enfants de passer des appels d'urgence à des numéros pré-enregistrés. Mais certains modèles permettent aussi d'écouter à distance ce qui se passe autour de l'enfant et ce sans que celui-ci ne s'en rende compte. 

Cela pose des questions sur le côté intrusif dans la vie intime de son enfant, de ses amis et de toutes les personnes qui évoluent à proximité et susceptibles d'être captées par la montre. Selon une enquête réalisée par l'Agence allemande, les parents les utilisaient aussi pour écouter les enseignants dans la classe. Un système de transmission non autorisé estime l'Agence allemande. C'est pour cela qu'elle a décidé de les interdire et demande à ceux qui en possèdent de les détruire et de le prouver par une photo ou un certificat d'un centre de recyclage. Marquée par des années de Stasi, l'Allemagne ne plaisante pas avec l'espionnage et la vie privée.

Pas d'interdiction en France

En France, ces montres sont toujours disponibles dans le commerce. La CNIL, l'agence notamment chargée de veiller au respect de nos données et de notre vie privée, a déjà été saisie sur des jouets connectés mal sécurisés mais pas pour le moment sur ces montres pour enfant. En revanche, une alerte a été lancée par le BEUC  il y a 3 semaines. Ce bureau qui réunit plusieurs associations européennes de consommateurs a publié une étude réalisée par un de ses membres norvégiens. Elle montre à quel point plusieurs de ces montres ne sont absolument pas sécurisées. Une personne malveillante peut en prendre le contrôle, écouter l'enfant, communiquer avec lui et le suivre via son GPS. Si les constructeurs ne prennent pas plus en compte ces problèmes, en plus de poser des soucis de violation de la vie privée, ces montres pourraient avoir l'effet contraire de leur but et devenir plus dangereuses que protectrices pour les enfants.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.