Ce matin, Olivier Tesquet refait le match de la présidentielle...

Souvenez-vous… Il y a un an presque jour pour jour, tel l’Italie ne parvenant pas à se qualifier pour la Coupe du monde de foot, François Fillon était recalé au premier tour de l’élection présidentielle. Depuis, sa garde rapprochée l’assure dans Le Figaro, le Manceau a “tourné la page”, plus que jamais investi dans sa passion de toujours : le sport automobile. Je m’excuse par avance pour cette métaphore filée, mais maintenant que le moteur a refroidi, c’est le moment de jeter un oeil sous le capot. L’occasion de se rendre compte que jusqu’au dernier moment, les équipes de campagne du candidat Fillon ont tout tenté pour remettre en selle leur champion. En consultant ses comptes de campagne, La Lettre A a découvert que dans la dernière ligne droite, jusqu’au 21 avril 2017, 2 jours avant le premier tour, le camp Fillon a aspiré les bases de données de la presse française dans l’espoir un peu fou de renverser la tendance. En tout, ils ont dépensé un peu moins de 50 000 euros pour collecter 3,5 millions d’adresses mail.  

Quand vous dites aspirez, ça veut dire qu'ils ont fait ça sauvagement ?  

Techniquement, ils ont loué les fichiers de grands médias nationaux. Ca vous est sûrement déjà arrivé : en souscrivant un abonnement à votre journal préféré, vous avez mécaniquement coché la case “recevoir les offres partenaires”. Une fois votre consentement obtenu, les médias mettent votre adresse email à la disposition des annonceurs, qui embauchent des agences pour affiner leurs besoins. 99% du temps, vous allez recevoir des offres promotionnelles dont vous n’avez absolument rien à faire, mais dans quelques cas particuliers, comme celui-ci, ce ciblage publicitaire permet également de servir le marketing politique.  

Et c’est légal, ce genre de pratique ?  

La société française The Optin Machine, qui a réalisé l’opération, assure avoir agi en conformité avec les règles édictées par la CNIL, la commission nationale informatique et libertés. Traduction : si vous avez été noyé sous les mails fillonistes, c’est que vous étiez plus ou moins d’accord. En tout cas, à l’heure du scandale Cambridge Analytica, vous savez, cette officine britannique accusée d’avoir siphonné des dizaines de millions de comptes Facebook pour servir la campagne de Trump et celle du Brexit, et bien c’est instructif. Ici, c’est évidemment plus rudimentaire, mais on a un peu l’impression d’être une petite souris qui assisterait à la réunion de la dernière chance au QG de campagne. A qui envoie-t-on les mesures du programme liées à la famille ? Pif, La Croix, 100 000 adresses de lecteurs âgés de 45 ans et plus. La santé ? Paf, Le Figaro Santé et Top Santé, 750 000 personnes. Qui s’intéresse à nos propositions sur la gestion des comptes publics ? Probablement les lecteurs du Figaro, des Echos et de l’Obs. 600 000 adresses supplémentaires. Le pouvoir d’achat ? Aux 190 000 lecteurs de moins de 35 ans de 20 Minutes. Plus inattendu, 500 000 abonnés de 50 ans et plus du site de Météo France ont reçu le programme de Fillon sur la sécurité… Il faudra demander quelques explications à Marie-Pierre Planchon.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.