Miquela Sousa, de son vrai nom, est une star d’Instagram, suivie par un million de personnes.

Compte Instagram de Miquela Sousa, une star d’Instagram, suivie par un million de personnes.
Compte Instagram de Miquela Sousa, une star d’Instagram, suivie par un million de personnes. © Capture d'écran

C’est une jolie jeune fille hispano-brésilienne de 19 ans, aux joues constellées de taches de rousseur, qui alimente sa communauté en selfies boudeurs pris sous le soleil de Los Angeles. Elle est tolérante et progressiste, soutient le mouvement Black Lives Matter, et pour gagner sa vie, elle joue à l’influenceuse pour des marques de vêtements de luxe. Parfois, Prada l’invite à Milan pour la Fashion Week, et ça la remplit de joie. Elle a même enregistré une poignée de chansons, disponibles sur Spotify, dans lesquelles, d’une voix vocodée, elle livre ses sentiments sur des mélodies langoureuses. 

Bref, Miquela est bien de son temps, à un tout petit détail près. Miquela n’est pas un être humain. 

C’est une créature faite de pixels, générée par ordinateur, une Barbie dématérialisée. Elle accorde pourtant des interviews à la presse, du Guardian à l’Obs, dans lesquels elle fait mine d’entretenir le doute. Pour brouiller encore un peu plus la frontière entre le réel et le virtuel, il lui arrive même de poster des photos avec des amis en chair et en os. Parfois, sur un réseau social où tout semble retouché pour capter l’attention, où les canons de beauté empruntent presque à la science-fiction, on se prend à douter : il y a forcément un peu de vrai chez Miquela. Au fond, qu’est-ce qui la différencie vraiment d’une soeur Kardashian ?  

C’est à la fois terrifiant et fascinant, comme un carambolage entre la série Black Mirror et le jeu vidéo Les Sims. Surtout que l’histoire ne s’arrête pas là. La semaine dernière, le compte de Miquela a été piraté par une certaine Bermuda, qui a révélé le pot aux roses : la jeune californienne serait bel et bien un fake, une arnaque, un mensonge. 

Vous le voyez venir… Bermuda est elle aussi un avatar numérique. C’est l’antithèse parfaite de Miquela : une blonde aux yeux bleus, pro-Trump, qui pose arme à la ceinture et affiche sa fierté d’être “une femme blanche conservatrice”. Elle jongle savamment avec les codes visuels de l’extrême-droite américaine, et son profil précise qu’elle a été créée par une mystérieuse société nommée Cain Intelligence, leader sur le marché de l’intelligence artificielle.   

Cette société possède un site Internet, tout à la gloire de son patron, un certain Daniel Cain, aussi surdoué qu’il est patriote. Bien évidemment, on ne trouve aucune trace de Cain Intelligence ailleurs sur le web. Et pour cause : cette entreprise n’existe pas. A ce stade, si vous ne comprenez plus grand chose, rassurez-vous… moi non plus. 

Sommes-nous face à une campagne marketing d’un nouveau genre ? Une expérience sociologique ? Une performance artistique ? Une tentative de manipulation politique ? Nul ne le sait, mais en préparant cette chronique, j’ai croisé la route de Poppy, une jeune Youtubeuse très suivie qui existe pour de vrai et ressemble au contrepoint parfait de Miquela et Bermuda : elle se met en scène dans des vidéos abstraites et robotiques où elle ne manie guère plus de mots qu’un assistant vocal. 

Décidément, ce matin, le monde réel a changé de camp.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.