FlyView est une expérience inédite qui permet de survoler Paris grâce à des casques de réalité virtuelle.

L'expérience de survol virtuel de Paris dure 13 minutes
L'expérience de survol virtuel de Paris dure 13 minutes © FlyView

Annonces, panneaux d'affichage, hôtesses et stewards, dès leur arrivée les visiteurs de FlyView sont plongés dans un décor d'aéroport. Après un petit briefing, chacun s'installe debout sur une plateforme dans son simulateur de jetpack, ce propulseur dorsal qui permet de s'élever dans les airs. On boucle sa ceinture de sécurité, on coiffe son casque de réalité virtuelle et on n'oublie pas de s’accrocher aux poignets métalliques de la machine. Et nous voilà partis à survoler Paris aux premières heures du jour. Le jetpack nous emmène au ras du sol avec les voitures sur les Champs Elysées, puis en haut de l'Arc de Triomphe, un petit coup de booster et nous voilà sous les jupes de la Dame de Fer. On remonte doucement la structure de la Tour Eiffel avant de filer sur la Seine, à droite on aperçoit les Invalides, à gauche le Grand Palais, avant d'aller admirer les gargouilles de Notre Dame. 

L'attraction permet de voir les plus grands monuments de Paris sous des angles inédits
L'attraction permet de voir les plus grands monuments de Paris sous des angles inédits / FlyView

Des images bien réelles

Il ne s'agit pas d'une reconstitution en images virtuelles et c'est bien là tout le challenge de l'attraction.  Les prises de vues de Paris ont été filmées par des drones au mois d'août 2016. Arnaud Houette, le co-fondateur de FlyView, a mis 3 ans pour développer son projet. Ce qui fonctionne très bien c'est que la plateforme sur laquelle sont placés les "passagers" bouge avec les images. On va à droite, à gauche, on a la sensation d'accélérer grâce à des ventilateurs placés à proximité, on arrive même à ressentir le vertige. Comme toutes les activités avec un casque de réalité virtuelle, cela peut rendre certaines personnes malades, l’oreille interne a parfois du mal à suivre. La séance coûte 15 euros par personne.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.