FramaTube a pour objectif de défier l'hégémonie de la plateforme au milliard de vidéos.

FramaTube fait partie de la campagne "Dégooglisons Internet"
FramaTube fait partie de la campagne "Dégooglisons Internet" © Framasoft

YouTube, propriété d'Alphabet, la maison mère de Google, c'est 72 heures de vidéos ajoutées chaque minute et un milliard d'heures visionnées quotidiennement. En face, c'est un peu comme Google et son moteur de recherche, il y a peu de concurrents. Citons tout de même Vimeo ou Dailymotion, mais la plateforme de vidéo made in france rachetée par Vivendi ne cesse de perdre des visiteurs. 

Derrière FramaTube, il y a non pas un géant de l'internet ou des médias mais l'asssociation FramaSoft, un réseau d'éducation populaire qui oeuvre depuis des années principalement à la promotion du logiciel libre. Elle est notamment à l'origine de la campagne "Dégooglisons Internet" dont le but est de proposer une plus grande indépendance et autonomie des internautes face aux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Elle a pour cela proposé une trentaine de logiciels et services libres similaires à des Word ou Google docs. Un de ses nouveaux combats est donc de s'attaquer à YouTube. L'idée vient d'un étudiant de 27 ans, Chocobozzz. Il a développé pendant deux ans PeerTube avant que l'association le recrute et nomme le projet FramaTube. 

Son but est de créer une plateforme décentralisée : que ce ne soit pas une entreprise qui héberge toutes les vidéos comme le fait YouTube mais DES entreprises et DES particuliers qui forment un réseau avec leurs propres ordinateurs et serveurs. En somme, l'union fait la force. Car il faut, sinon, beaucoup beaucoup d'argent pour pouvoir stocker tout cela seul et surtout supporter les pics d'affluence quand une vidéo devient virale. Pour plaisanter, Pouhiou, membre et chargé de la communication de l'association souligne que FramaSoft est 350 000 fois plus pauvre que Google. Mais peu importe, il est important pour lui de proposer une alternative. La version beta sera disponible à partir de mars. FramaTube espère séduire dans un premier temps les entreprises et les médias, comme pourquoi pas France Inter. 

Une démarche utopiste?

Il est clair que FramaTube ne fera pas de l'ombre dès demain à YouTube. Mais on ne peut pas à la fois se plaindre sans cesse de l'ultra puissance des GAFAM, s'inquiéter pour nos données personnelles et puis continuer à utiliser ces services, à nourrir la bête, parce que quand même c'est bien pratique ou c'est gratuit. La prise de conscience est là, il ne reste plus qu'à passer à l'acte. 

Framasoft a besoin d'un petit coup de pouce pour financer son projet (30 000 €), les internautes qui souhaitent le soutenir peuvent faire un don ici

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.