Mes Infos est une expérimentation, lancée par la FING, qui permet de récupérer ses données personnelles pour pouvoir en bénéficier également.

L'idée part d'un constat : nous produisons chacun, chaque jour, des milliers de données personnelles en naviguant sur internet, en utilisant les transports en commun, en payant avec nos cartes bancaires, ou tout simplement en consommant de l'électricité. Des données dont on a parfois même pas conscience et auxquelles on a, pour une très grande partie, pas accès. "La possession très forte de données personnelles par les grands opérateurs créée une dissymétrie qui pose problème, y compris un problème de confiance" explique Jacques-François Marchandise, délégué général de la FING. Avec Mes Infos, l'idée de la Fondation Internet Nouvelle Génération est donc de nous permettre de reprendre le pouvoirs sur ces données. C'est ce qu'elle appelle le self data. La fondation a passé des partenariats avec des acteurs publics et privés : Orange, EDF, la MAIF, ENEDIS, GRDF et une collectivité : la métropole Grand Lyon (qui organise justement demain une présentation de cette expérimentation).

2000 personnes y participent. Chacune dispose d'un espace personnel et sécurisé sur internet et dans lequel les partenaires vont mettre un certain nombre de données personnelles qu'ils possèdent sur ces testeurs : les données de géolocalisation de leur téléphone portable, celles de leur compteur électrique, ou le détail de leur assurance habitation par exemple. Ces testeurs peuvent accéder à des services qui vont croiser leurs données personnelles entre elles ou les croiser avec des données publiques comme celles de la qualité de l'air ou des transport publics.

Arrêter d'être passif

Ce sera, par exemple, le cas pour les testeurs qui habitent la Métropole Grand Lyon. "Aujourd'hui le fait de pouvoir mixer des données personnelles avec des données publiques ou privées permet en effet d'avoir des services beaucoup plus ajustés à ce que chacun veut", explique Karine Dognin-Sauze, vice-présidente déléguée à l'Innovation de la Métropole. Les services associés sont en train d'être créés. Mais ce qu'il faut vraiment retenir c'est que l'objectif du self data est d'arrêter d'être passif, de se contenter de produire des données pour que d'autres les exploitent. Cela n'empêche pas qu'ils fassent leur beurre avec mais ça permet au moins d'en tirer aussi un bénéfice.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.