Sylvie Chapelle reçoit ce samedi Christine Bayle (chorégraphe et créatrice de la compagnie l'Eclat des Muses), Patrick Blanc (musicien-compositeur de l'ensemble Passo Finto), Hubert Hazebroucq (danseur) et Camille Antoinet (premier violon) pour nous faire découvrir ou redécouvrir une discipline méconnue: la danse baroque.

Les musiciens de l'ensemble Passo Finto: Patrick Blanc, Jacques-Antoine Bresch, Camille Antoinet, Michel Coppé, Elodie Seyranian, Thibaut Roussel, Pascale Clément, Béatrice Delpiere, Françoise Johannel, Gérard Rebours.

La danse baroque
La danse baroque © Mady Martin pour "C'est du classique mais c'est pas grave" / Mady Martin

Programmation musicale

Louis XIII, Ballet de la Merlaison, Entrée 16. Les Fermiers (violon, harpe & basse)

Live, ensemble Passo Finto

Louis XIII, Ballet de la Merlaison, Entrée 6. Mr le Premier

Live, ensemble Passo Finto

Louis XIII, Ballet de la Merlaison, Entrée 9. Les Gascons

Live, ensemble Passo Finto

Louis XIII, Ballet de la Merlaison, Entrée 13. Albalestriers

Live, ensemble Passo Finto

Marin Marais Suite III en ré, Pièces en trio –extraits « Rigaudon, sarabande et gavotte avec double) et Menuet

Live, ensemble Passo Finto

Découvrez la dernière création de la compagnie l'Eclat des Muses: le ballet de cour "Le ballet de la Merlaison"

Carnaval 1635, à Chantilly ou Royaumont : des cavaliers, une chevauchée… un roi (Louis XIII), la reine, une Mademoiselle de… et sa cour rapprochée, ses neveux, son favori le grand écuyer et quelques commensaux du royaume, jouent le Ballet de la Merlaison et figurent joyeusement les personnages de la chasse, aidés de maîtres célèbres de musique et de danse.

En allusion à la chasse au merle, selon le mot de Merlaison qu’il invente, le roi s'y met en scène, non comme protagoniste de la chasse elle-même, qu’il connaît pourtant si bien, mais d’abord comme danseur, travesti en femme de marchand, puis en Fermier (collecteur d’impôts)… et pourquoi pas en merle, car cet oiseau est avisé et prompt à déjouer les pièges. Tributs au Carnaval et finesse politique, ces rôles inversés s’unissent pour «montrer que les plus augustes Majestez se trouvent bien aussi ailleurs que dans une sévérité sourcilleuse » (extrait du livret).

Ce ballet est d’abord un divertissement en musique, à la fois intime et publique, au rituel sérieux d’Entrées humoristiques, souvent burlesques. Les nombreux personnages, cocasses, de Gascons, Fauconniers, Arbalestriers, Pistoliers et autres Nobles du Pays, partent, masqués, leurs « armes » à la main, à la conquête des proies. Les allusions vont au « petit » merle ou autre, en parallèle au « grand », « petit » tel le maître à danser avec lequel le roi ne dédaigne pas de danser et bien sûr, à la conquête amoureuse, - les assiduités du roi allant à Mademoiselle de La Fayette depuis février 1635 -, (se) séduisent par leur danse, à la chasse aux pas singuliers et aux géométries hybrides, aux métamorphoses chatoyantes.

La création de costumes de Thierry Bosquet participe entièrement à la stylisation et à la caractérisation des personnages.

La Merlaison est aussi ludique et ambigüe que la séduction amoureuse, métaphore légère de la stratégie guerrière, en contrepoint de ce qui se rapproche, la guerre imminente avec l’Espagne, préparée « à pas de plomb » par Richelieu, sans doute présent pendant la représentation autant que les écuyers et les guerriers… pour le plaisir.

Maintenant, c'est vous qui jouez

Pour jouer avec nous et gagner des enregistrements des éditions Radio France ou Harmonia Mundi et des places pour les concerts des orchestres de Radio France, envoyer nous vos réponses en nous écrivant rubrique "Contactez-nous" ou en téléphonant au 01 56 40 16 40!

A gagner cette semaine, deux places pour le concert "Pour toujours" vendredi 25 novembre

Salle Pleyel

(Programme: Richard Strauss Quatre derniers Lieder, Anton Bruckner Symphonie n°4 « Romantique »

avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France, Myung-Whun Chung direction, Waltraud Meier mezzo-soprano)

La réponse au jeu de la semaine dernière était: l'orchestre de Duke Ellington

"C'est du classique mais c'est pas grave" est rediffusé dans la nuit du samedi au dimanche à 3h.

Cette émission n'est pas disponible en podcast, mais à la (ré)écoute!

Les liens

Le site de la compagnie l'Eclat des Muses

Le blog de Mady Martin

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.