Découvrons le parcours pas si "rangé" d'une brillante jeune fille qui deviendra l'une des grandes figures du féminisme.

Simone de Beauvoir, philosophe, romancière, mémorialiste et essayiste le 2 novembre 1947.
Simone de Beauvoir, philosophe, romancière, mémorialiste et essayiste le 2 novembre 1947. © Getty / Hulton Archive

Petite fille, toute mon imagination s’employait à anticiper mon destin de femme. Quand j’évoquai mon avenir, je renonçai à avoir des enfants à moi ; ce qui m’importait, c’était de former des esprits et des âmes. Je me ferai professeur, décidai-je. Je ne concevais pas que l’avenir pût me proposer entreprise plus haute que de façonner un être humain. Tel était le sens de ma vocation : adulte, je reprendrais en main mon enfance, et j’en ferais un chef d’œuvre sans faille. Je me rêvais l’absolu fondement de moi-même et ma propre apothéose. Ainsi, au présent et dans l’avenir, je me flattais de régner, seule, sur ma propre vie.

Cette petite fille précoce, au caractère et aux idées bien trempées, tiendra ses promesses. Née en 1908, elle devient, dans le Paris des années 1950, le symbole de la femme libre, revendiquant sa place d’écrivain aux côtés des grands intellectuels d’après-guerre.

C’est par ces mots audacieux, en effet, que se présente Simone de Beauvoir, lorsqu’elle était enfant, à l’âge de huit ans. Ce portrait ouvre ses Mémoires d’une jeune fille rangée, le premier volume de son autobiographie, publié chez Gallimard en 1958. A l’époque, elle est, depuis dix ans, l’une des grandes figures du féminisme. Son célèbre essai, Le Deuxième Sexe, publié en 1949 et traduit dans le monde entier, a immortalisé la formule qui incarnera le mouvement féministe des années 1970 : 

On ne naît pas femme, on le devient.

Pour mieux comprendre cette double vocation du « devenir-femme » et du « devenir-écrivain », je vous invite à ouvrir ces Mémoires d’une jeune fille rangée, magnifique « roman de la vie intérieure », selon les propres mots de l’auteur. Entrons dans l’intimité de cette demoiselle de bonne famille, et découvrons les combats qu’elle mène, tout au long de son adolescence, pour s’émanciper des principes de la bourgeoisie parisienne.

Nous l’accompagnerons au fil des vingt premières années de sa vie, si décisives, qui la mèneront de l’enfance à l’âge de raison, jusqu’à l’agrégation de philosophie, en 1929, où elle est reçue, en seconde place, derrière un certain Jean-Paul Sartre... 

Presque 90 ans plus tard, rendons hommage à Simone de Beauvoir, dont les œuvres sont enfin publiées dans la collection de la Pléiade...

Programmation musicale :

  • Barbara – "Mon Enfance"
  • Arlette Tephany – "Ne vous mariez pas"
  • Brigitte Fontaine – "Je suis la femme"

La voix de Simone de Beauvoir est extraite des archives  suivantes :

  • "Premier plan" – de Radio Canada, en 1959 (DVD Arte Vidéo) 
  • "Simone de Beauvoir une femme actuelle" – extrait du documentaire de Dominique Gros (DVD Arte Vidéo) 
  • "Sartre par lui-même" – d’Alexandre Astruc et Michel Contat (DVD Editions Montparnasse)
  • "Les Amants du Flore" – téléfilm d'Ilan Duran Cohen (avec Anna Mouglalis) 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.