Membre du jury au Festival de Deauville, Emmanuelle Devos nous fait partager sa passion pour la romancière irlandaise Nuala O'Faolain

Emmanuelle Devos et Guillaume Gallienne
Emmanuelle Devos et Guillaume Gallienne © Getty / Andreas Rentz

Nuala O'Faolain et Emmanuelle Devos

Quand j’avais vingt ou trente ans, je ne connaissais pas la peur. On ne peut pas dire que j’avais tous les hommes que je voulais, loin de là. Mais les gens remarquaient toujours ma présence. Puis j’étais entrée dans la quarantaine. Le jeu – le jeu de la séduction – occupait une place si centrale dans ma vie que j’avais de la peine à croire qu’il touchait à sa fin. Et, à l’approche de la cinquantaine, ç’avait été comme si les gradins se vidaient et que je me retrouvais seule au milieu d’une arène déserte. Et maintenant ? Maintenant ?

Nuala O'Faolain

Ce regard émouvant et lucide sur les différents âges de la féminité, est celui d’une grande dame de la littérature irlandaise, hélas disparue il y a tout juste dix ans, en 2008 : il s’agit de Nuala O’Faolain.

Journaliste radio, puis chroniqueuse dans la presse écrite, Nuala O’Faolain s’est mise à écrire précisément à l’âge où elle s’interroge : « Et maintenant ? et maintenant ?». En 1996, à 56 ans, elle publie son premier livre, une autobiographie intitulée On s’est déjà vu quelque part ?, qui devient un best-seller aux Etats-Unis.  

En France, où toute son œuvre est éditée chez Sabine Wespieser, elle connaît la consécration en 2006, lorsque son 4e livre, L’Histoire de Chicago May, un western haletant sur les traces d’une « Calamity Jane » irlandaise, est récompensé par le Prix Femina Etranger. 

Cette écriture, audacieuse et féministe, est à l’image de mon invitée de ce soir, une magnifique comédienne qui s’empare avec autant de talent des grands textes de théâtre, que des grands sujets de société au cinéma : Emmanuelle Devos.

Avec les extraits suivants :

1. Best Love Rosie, traduction de Judith Roze (2008)

2. L'histoire de Chicago May, traduction de Vitalie Lemerre (2006)

3. Chimères, traduction de Stéphane Camille (2001)

4. et 5. On s’est déjà vu quelque part ? traduction de Julia Schmidt et Valérie Lermite (2005) : portrait de la mère et mort du père

6. J’y suis presque, traduction de Stéphane Camille (2003)

7. Le mot de la fin avec Rosie 

Toute l'oeuvre de Nuala O'Faolain est actuellement rééditée en collection poche aux éditions Sabine Wespieser.

Avec la voix de Nuala O'Faolain (Archives INA)

Programmation musicale :

Ella Fitzgerald & Louis Armstrong « Cheek to cheek »

L (Raphaele Lannadere) « Ta ville »

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.