Découvrons les jeux de l'amour et du désir au sein d'une génération de l'entre-deux-guerres... Bienvenue à Paris, dans les années 1920.

Le poète et écrivain Jean Cocteau, ici en 1963
Le poète et écrivain Jean Cocteau, ici en 1963 © Getty / Keystone-France

Extrait des "Enfants terribles"

"Ce soir-là, c’était la neige. Elle tombait depuis la veille sur Paris, et plantait un autre décor sur la cité Monthier, quartier général des collégiens de Condorcet. Dès quatre heures dix, l’affaire était engagée de telle sorte qu’il devenait hasardeux de dépasser le porche. Un élève à la figure pâle, les yeux tristes, se dirigea vers la bataille de neige, et se fraya une route à travers les projectiles. Il cherchait Dargelos. Il l’aimait. Cet amour le ravageait d’autant plus qu’il précédait la connaissance de l’amour. C’était un mal vague, intense, contre lequel il n’existe aucun remède, un désir chaste sans sexe et sans but."Cette scène juvénile ouvre l'un des romans les plus remarquables de Jean Cocteau : Les Enfants terribles, paru en 1929 chez Grasset. 

Jean Cocteau, génial touche-à-tout

Né quarante ans plus tôt, en 1889, Cocteau se révèle bientôt un génial touche-à-tout. Poète avant tout, dira-t-il, mais un poète qui se consacre à tous les arts : littérature, théâtre, cinéma, arts plastiques… Les Enfants terribles voient le jour lors d'une période douloureuse. Bouleversé par la mort brutale de son jeune ami Raymond Radiguet – l’auteur du roman Le Diable au corps –, Cocteau a trouvé refuge dans l'opium. C'est lors d'un séjour en clinique qu'il imagine les personnages de Paul et Elisabeth, mélangeant souvenirs et fantasmes. L'écriture est lapidaire : dix-sept jours seulement, pour un livre singulier et vénéneux. L'intrigue est simple, en apparence : tombé malade suite au coup porté par l'envoûtant Dargelos, le jeune Paul est contraint de garder le lit. La chambre qu'il partage avec Elisabeth, sa sœur aînée, devient alors un monde à part entière, où le désordre règne en maître. Mais les jeux du désir vont rattraper les frère et sœur … Ces personnages, Cocteau les arc-boute contre les normes petites-bourgeoises des années 1920. L’oisiveté, le vol, les drogues, l’homosexualité,  l’inceste… : les héros du roman cultivent la transgression. C’est peut-être pour cela que ce livre, malgré l’inspiration très personnelle de Cocteau, a tant marqué les jeunes gens de l’entre-deux-guerres.
 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.