Deux jours avant la rentrée des classes, découvrons les souvenirs d'un cancre devenu écrivain...

"Monsieur, j'ai consacré hier deux heures à ne pas faire votre devoir" : extrait de "Chagrin d'école" de Daniel Pennac
"Monsieur, j'ai consacré hier deux heures à ne pas faire votre devoir" : extrait de "Chagrin d'école" de Daniel Pennac © AFP / CHARLIE ABAD / PHOTONONSTOP

"- Tu crois qu’il s’en sortira un jour ?

C’est que je fus un mauvais élève et que Maman ne s’en est jamais tout à faire remise. Aujourd’hui que sa conscience de très vieille dame quitte les plages du présent pour refluer doucement vers les lointains archipels de la mémoire, les premiers récifs à ressurgir lui rappellent cette inquiétude qui la rongea pendant toute ma scolarité. Très tôt mon avenir lui parut si compromis qu’elle ne fut jamais tout à fait assurée de mon présent. »

Cette scène croquée avec tendresse ouvre l’un des livres les plus célèbres de Daniel Pennac, Chagrin d’école, paru il y a tout juste dix ans.

Dix ans, comme l’âge de son personnage principal, à mi-chemin sur le long calvaire de la scolarité : un garçon réfractaire à toute forme d’apprentissage, qui n’est autre que l’auteur lui-même ; un enfant affublé, à l’époque de ses hauts faits, du titre de « cancre » de la famille...

A travers ce livre, - faut-il l’appeler roman, essai, tentative d’autobiographie ? – l’écrivain retrace le parcours du combattant que fut, pour lui, le passage du statut de « mauvais élève » à celui de professeur. Autant dire : comment une forte tête, passée maître dans l’art d’ouvrir le coffre-fort paternel (l’anecdote est véridique !), a pu accepter de « passer à l’ennemi »...

Ce soir, ouvrons ce livre au ton facétieux, parfois mélancolique, souvent révolté, qui donne à réfléchir sur les dysfonctionnements de l’Enseignement, et nous invite aussi à déceler un mal récurrent derrière l’échec scolaire : l’indifférence à l’autre, dans une société marchande de plus en plus brutale..

Extraits sonores:

"Le maitre d'école" de Claude Berri (1981)

"Les Quatre Cents coups" (1959) et "L'argent de poche" (1976) de François Truffaut

et la voix de Daniel Pennac extraite des archives de l'INA

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.