Plongeons à l'âge de la préhistoire avec "Pourquoi j'ai mangé mon père" (Evolution man), le roman hilarant, devenu best seller, du journaliste et sociologue anglais Roy Lewis.

Deux hommes préhistoriques expérimentant le feu
Deux hommes préhistoriques expérimentant le feu © Getty / Culture Club

La première dispute dont je me souvienne, entre mon père Edouard et l’oncle Vania, s'était produite à propos du feu. Il faisait froid. J'étais accroupi à distance respectueuse de  cette chose tortillante et rouge, toute nouvelle pour nous.  — T'y voilà donc, Edouard ! grondait-il. J'aurais dû le deviner, que tôt ou tard nous en viendrions là. J'espérais, il faut croire, qu'il y aurait une limite à tes folies. Imbécile que j'étais : je n'ai qu'à tourner le dos une minute, pour te retrouver jusqu'au cou dans quelque ineptie nouvelle. Et maintenant, cela !  cria-t-il. Ma parole, il te faut à présent ton volcan particulier ! Edouard, écoute-moi bien. Ne t'ai-je pas mille fois averti, adjuré, supplié, en qualité de frère aîné, de t'arrêter à temps sur ta lancée calamiteuse,  de réfléchir, de t'amender, et de changer de vie avant qu'elle ne t'amène tout droit, avec toute ta famille, vers un désastre irréversible!

C’est autour de ce moment décisif : la découverte du feu et la révolution qu’elle engendre à l’époque de la préhistoire, que tourne le savoureux roman de Roy Lewis : Pourquoi j’ai mangé mon père, publié en France chez Actes Sud, en 1996. Menée par le charismatique Edouard, génial précurseur obsédé par l’évolution de son espèce,  la horde familiale s’aventure peu à peu hors de l’animalité, quittant les arbres pour les cavernes, le cru pour le cuit et l’endogamie pour l’exogamie…  Mais tous ne partagent pas son goût du risque. Oncle Vania, à l’instar du célèbre personnage de Tchekhov, écologiste avant l’heure, redoute tout changement et souhaite continuer à vivre en symbiose avec la nature. Son cri de ralliement est d’ailleurs « Back to the trees ! » Mais si les débats et les conflits, qui agitent nos lointains ancêtres, sont aussi palpitants que divertissants, il faut y voir une parabole. Car, quelle que soit l’époque, « jouer avec le feu » sans le maitriser, nous fait courir le risque de « partir en fumée ». Autrement dit, science sans conscience… n’est peut-être pas un si grand progrès pour l’humanité. 

Avec ce livre truffé d’anachronismes et de situations burlesques, le journaliste et sociologue anglais, Roy Lewis, fît une entrée remarquée en littérature. Le grand scientifique Théodore Monod le recommanda à son ami Vercors, qui, séduit à son tour, en assura la traduction française. 

Nous voici donc plongés au cœur de l’Afrique orientale, il y a près de deux millions d’années. Sous nos yeux, un petit groupe d’individus se lance dans une odyssée passionnante, tenter de devenir des hommes.  

Au cours de l'émission vous avez pu entendre :

  • Pierre Peret : « Sauvage »
  • Juliette : « Lucy »
  • Serge Reggiani : « L’homme fossile »
  • Un extrait du film Pourquoi j'ai pas mangé mon père réalisé par Jamel Debbouze (2015) 
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.