Pour cette émission du cycle polar, proposé par Guillaume Gallienne, découvrons l’un des grands maîtres du genre, Arnaldur Indridason, avec la lecture d’extraits de son roman « Les Nuits de Reykjavik » où le héros, encore jeune policier, arpente les rues de la capitale islandaise à l’écoute de la détresse humaine.

Erlendur connaissait bien l’affaire du Thorskaffi. Il s’intéressait aux disparitions et lisait tous les articles relatant ce type d’évènement dans les journaux. Dès le début de sa carrière, il s’était plongé dans les archives de la police à la recherche d’affaires de disparitions anciennes ou récentes survenues à Reykjavik et dans les environs. À ce moment-là, il s’intéressait depuis plusieurs années déjà à ces histoires de gens perdus dans les montagnes, bien souvent surpris par le mauvais temps. Ces faits n’étaient le plus souvent pas considérés comme suspects.

Il y avait toutefois une disparition bien précise qui l’obsédait. Erlendur s’était étendu comme il le faisait parfois avant de prendre son service de nuit. Avant de s’endormir, il avait longuement pensé à cette jeune fille de l’école ménagère et à la disparue du Thorskaffi, en se demandant si ce n’était pas sa passion pour les destins tragiques qui l’avait conduit à s’engager dans la police.

Nous sommes à Reykjavik, capitale de l’Islande, en 1974. Cet enquêteur à l’âme sentimentale est une jeune recrue de la police, promis à un bel avenir : il n’est autre que le futur commissaire Erlendur, le célèbre héros de l’un des grands maîtres actuels du polar nordique, Arnaldur Indridason.

Dans cette émission, découvrons cette première enquête passionnante menée par le jeune policier, alors patrouilleur de nuit, observateur à la fois discret et perspicace, obstiné et intuitif, cachant ses propres blessures. En compagnie de ses collègues, il arpente les rues de la ville, à l’écoute de la détresse humaine.

Extraits de la traduction d’Éric Boury, aux éditions Métailié, en parution poche récente.

La musique

  • Bjork - Hunter
  • Lole - Missing
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.