Rediffusion

  • Ça chauffe dans le district, disait Nikolaï Nikolaïevitch. Dans le canton de Pankovo, un marchand a été égorgé et le zemski a eu son écurie incendiée. Qu’est-ce que tu en penses, toi ? Qu’est-ce qu’on en dit au village ?

Mais Pavel voyait les choses encore plus en noir.

  • Qu’est-ce qu’on en dit ? Qu’on a trop laissé faire. On les a trop gâtés, ils ne se gênent plus. Qu’est-ce qu’on peut en attendre, de nous autres ? Les paysans, si on les laissait faire, mais ils se mangeraient entre eux, vrai Dieu !

C’était la seconde fois que l’oncle et le neveu allaient à Douplianka, propriété du riche Kologrivov. Aucun des livres qui devaient rendre Nikolaï Nikolaïevitch célèbre n’était encore écrit. Mais il n’allait pas tarder à se révéler dans la presse de l’époque, parmi les philosophes de la Révolution. Il rêvait d’une pensée concrète et inspirée, dont le mouvement tracerait une voie nette et sans détours, qui rendrait le monde meilleur. Il voulait du nouveau.

Du haut de ses dix ans, Iouri se sentait bien auprès de son oncle. Il lui rappelait sa mère. Comme elle, c’était un homme libre. Comme elle, il avait ce sens aristocratique de l’égalité avec tout ce qui vit. Après les chagrins de l’hiver, Iouri était heureux que son oncle l’eût amené à Douplianka. L’endroit était très beau. On avait envie de rêver et de penser à l’avenir. »

Le docteur Jivago
Le docteur Jivago © Folio Gallimard 1975

Ce garçon à l’âme rêveuse va devenir l’un des personnages les plus populaires de la littérature russe de la seconde moitié du XXe siècle :le Docteur Jivago.

Héros du célèbre roman de Boris Pasternak , incarné par l’inoubliable Omar Sharif dans le film de David Lean, le jeune médecin vit un amour impossible avec la belle Lara, bientôt mariée à un grand dirigeant bolchevique. Tandis que le destin sépare les deux amants, Iouri incarne la fidélité aux valeurs de la vie et de la poésie, dans un monde bouleversé par le chaos de l’Histoire : celle dela Révolution russe.

Publié en Italie en 1957, le roman de Boris Pasternak devient en quelques mois un best-seller mondial . Son auteur, célèbre poète dans son pays, acquiert alors une renommée internationale qui déplaît aux autorités soviétiques. En URSS, le livre est censuré pour anticommunisme. En 1958, récompensé par le prix Nobel de Littérature, l’écrivain se voit contraint de renoncer à son prix , sous peine de représailles. Il meurt deux ans plus tard. Peu après, sa muse, Olga Ivinskaïa, qui lui a inspiré le personnage de Lara, est arrêtée et envoyée au Goulag : on lui reproche d’avoir favorisé la publication du livre à l’étranger. Le roman, qui est le premier à introduire le terme de « Goulag » en Occident, ne paraîtra en Russie qu’en 1988.

Ce soir, feuilletons ce grand roman d’amour lyrique, auquel Boris Pasternak a consacré dix ans de sa vie . Dix ans, confie-t-il dans une lettre, à « écrire enfin, pour la première fois, en prose, quelque chose qui en vaille la peine, quelque chose de grand et d’humain »…

Extraits de la traduction dirigée par Michel Aucouturier , dans la collection La Pléiade , publiée chez Gallimard en 1990.

Avec la voix deBoris Pasternak (Archives INA) et des extraits du film de David Lean

Programmation musicale :

« Les noces d'hiver » par Elena Frolova

« Legenda » par Zemfira

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.