J’enlève gravement la housse. La machine me fait un sale clin d’œil. Ça fait trop longtemps qu’on ne s’est vus. Elle boude. Je l’avais mise au clou. Je m’installe à ma table de travail (qui sert aussi de table à manger, de chaise supplémentaire et il m’arrive aussi de baiser dessus). Je m’assois tranquillement, glisse doucement une feuille blanche dans le tambour, pose à mes pieds une bouteille de mauvais vin et, le rituel terminé, je m’assoupis, rêvant comme vous et moi d’être Ernst Hemingway.

Ces débuts laborieux sont ceux d’un écrivain devenu, quarante ans plus tard, un « immortel » parmi les immortels : l’auteur d’origine haïtienne, Dany Laferrière, né en 1953, nommé à l’Académie française en 2013 . Cet extrait est tiré de son premier roman, un best-seller au titre sulfureux, publié en 1985 au Québec : Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer. Il fait aujourd’hui l’objet d’une réédition, chez Grasset, sous le titre de Mythologies américaines.

L'enfance de Dany Laferrière
L'enfance de Dany Laferrière © Le Serpent à Plumes, 2001

__ Ce lundi, Dany Laferrière sera le parrain, à mes côtés, de la Journée de la langue française organisée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel . Ce soir, en ouverture de la Semaine de la Francophonie, je vous invite à parcourir son œuvre si singulière, qui évoque, entre gravité et légèreté, l’expérience de l’exil et la renaissance par l’écriture...

Avec les extraits suivants :

- Le Cri des oiseaux fous , éditions du Serpent à plumes, 2000, réédition en octobre 2015 aux éditions Zulma :

Extrait 1 : la dernière nuit du narrateur en Haïti

Extrait 2 : l'amour des mots

- Chronique de la dérive douce , Grasset, 2012 : l'arrivée à Montréal

- Le Goût des jeunes filles , Grasset, 2005 : la nostalgie des filles de Port-au-Prince

- L’Enigme du retour , Grasset, 2009, Prix Médicis

Extrait 1 : le deuil du père

Extrait 2 : les retrouvailles avec la mère, dans la maison d'enfance de Port-au-Prince

- Tout bouge autour de moi , Grasset, 2011 : retour dans la capitale haïtienne, le jour du tremblement de terre du 12 janvier 2010

  • L’odeur du café , éditions du Serpent à plumes, 1991 : le souvenir de sa grand-mère Da, et de sa petite voisine à la robe jaune, Vava

Programmation musicale :

  • Jérôme Cancet, Cannot forget

  • Ablaye Cissoko, Haïti
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.