Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ; Mon paletot aussi devenait idéal ; J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ; Oh là là ! que d'amours splendides j'ai rêvées ! Mon unique culotte avait un large trou. - Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse. - Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou. Et je les écoutais, assis au bord des routes, Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ; Où, rimant au milieu des ombres fantastiques, Comme des lyres, je tirais les élastiques __ De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur !

__

Ce jeune homme qui marche vers l’inconnu, les poings serrés et le sourire aux lèvres, c’est Arthur Rimbaud … Il écrit ce sonnet, « Ma bohème », en 1870, à l’âge de 16 ans, alors même qu’il vient de fuir le domicile familial… Pour l’adolescent révolté, quitter les Ardennes et rejoindre Paris c’est une seconde naissance. Le voici désormais seul et libre de vivre pour la poésie, celle qui peut véritablement « changer la vie ».

17e édition du Printemps des Poètes
17e édition du Printemps des Poètes © Radio France / Florence Jacob

D’autres lui emboîterons le pas, et feront de la poésie un élan, une aventure, une révolte et même, « une insurrection » pour reprendre le mot de Pablo Neruda.

« L’insurrection », c’est justement le thème de la 17ème édition du Printemps des Poètes qui a débuté la semaine dernière… Jusqu’au 22 mars, de nombreuses manifestations sont prévues partout en France pour faire entendre la parole poétique d’hier et d’aujourd’hui…

Ce soir, je vous propose de découvrir des poèmes qui invitent à regarder le monde autrement... Et pour lire les textes de Maïakovski, Desnos, Andrée Chedid, Nazim Hikmet ou encore Aimé Césaire, j’ai le plaisir d’accueillir une camarade de la Comédie française : bonsoir Clotilde de Bayser

Avec les poèmes suivants, extraits de l'anthologie L'Insurrection poétique , textes rassemblés par Christian Poslaniec (éditions Bruno Doucey, 2015) :

  1. "Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent", extrait du receuil Les Châtiments , de Victor Hugo (1853)

  2. "Hirondelle", de Louise Michel (1871)

  3. "Ecoutez!", "Désembourbez l'avenir" : deux poèmes de Vladimir Maïakovski , extraits du recueil Ecoutez, si on allulme les étoiles , écrit entre 1914 et 1925, publié aux éditions Le Temps des Cerises

  4. "La jolie Rousse", de Guillaume Apollinaire , extrait deCalligrammes ( 1913-1916)__

5." Ce coeur qui haissait la guerre", "Le Veilleur du Pont au change" : trois poèmes de Robert Desnos , extraits du recueil Ce coeur qui haïssait la guerre (1943)__

  1. "Que la vie en vaut la peine", extrait du recueil Les Yeux et la Mémoire , de Louis Aragon (1954)

  2. "Ajournement calculé", "Réponse évasive", "Ce qui reste" : poèmes du poète grec Yannis Ritsos , écrits ent 1987-1988, extraits du recueil Tard, bien tard dans la nuit (éditions Le Temps des Cerises)

  3. "Sur la vie", "De la vie", du poète turc Nazim Hikmet , extraits du recueilIl naige dans la nuit et autres poèmes , publié chez Gallimard (1999)

  4. Extrait de Cahier d'un retour au pays natal , d'Aimé Césaire (1939)

  5. "Révolte", "Oser encore", "Terre et poésie", d'Andrée Chedid , extraits du recueil Au coeur du coeur , publié dans la collection Librio (2010)

  6. En conclusion : "Exposé, XV", extrait de Terre à bonheur , d'Eugène Guillevic (1952)

Avec les voix d'Andrée Chédid, Louis Aragon, Aimé Césaire (Archives Ina)

Programmation musicale :

  • Les mains d’or, de Bernard Lavilliers

  • Ripples, par Sofie Sorman

    Evénement(s) lié(s)

Le Printemps des poètes

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.