Une satire croustillante du milieu littéraire, saupoudrée d'humour anglais !

Portrait de Tom Sharpe, écrivain britannique, reconnu comme l'un des plus grands auteurs satiriques et humoristes de son époque. Il a notamment reçu le Grand Prix de l'Humour noir, 1986.
Portrait de Tom Sharpe, écrivain britannique, reconnu comme l'un des plus grands auteurs satiriques et humoristes de son époque. Il a notamment reçu le Grand Prix de l'Humour noir, 1986. © Getty / Evening Standard

À vingt-quatre ans, Frensic n’avait pas eu besoin de son nez pour comprendre qu’il ne serait jamais écrivain. Les deux douzaines d’agents littéraires qui avaient refusé de s’occuper de son ouvrage le lui avaient dit. D’un autre côté, leur profession lui était apparue tout à fait à son goût.  Ils passaient leur temps à lire des romans, et, à en juger par sa propre expérience, ils manquaient de perspicacité littéraire, ce qui était encourageant. Qui plus est, ils semblaient passer une grande partie de leur temps à manger, à boire et en réceptions ; or Frensic était un sacré gourmet. Il avait trouvé sa vocation.

    Ce ton railleur et sans concession est celui d’un grand humoriste anglais que nous avons déjà eu le plaisir de citer dans cette émission : l’écrivain satiriste Tom Sharpe.

    Né à Londres en 1928, mort en 2013 à l’âge de 85 ans, l’auteur a d’abord mené, dans sa jeunesse, une carrière de travailleur social en Afrique du Sud, avant d’être expulsé du pays pour ses engagements anti-apartheid. De retour en Angleterre, il a ensuite enseigné dans un collège technique. 

    Au cours des années 1970, il devient l’auteur à succès que l’on sait, avec son célèbre personnage, Henri Wilt. Ce professeur gaffeur a l’art de se mettre dans les situations les plus cocasses, comme en témoigne les titres de ses mésaventures : Wilt 1 ou Comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis encore, ou, plus récemment, Wilt 5 ou Comment enseigner l'histoire à un ado dégénéré en repoussant les assauts d'une nymphomane alcoolique.

      Ce soir, c’est avec un autre personnage de Tom Sharpe que nous allons parcourir les coulisses du monde littéraire anglo-saxon. Nous découvrirons une profession méconnue en France : celle des agents littéraires. Avec un humour féroce, l’écrivain dénonce les escroqueries de ceux qui, à l’image de ce Frensic, se font les intermédiaires véreux entre les auteurs et les maisons d’éditions. 

   En cette période de rentrée littéraire, ouvrons donc cet ouvrage au ton incisif et provocateur, La Grande poursuite (titre original The Great Pursuit), paru chez Gallimard dans la traduction de Laurence. 

  Nous sommes à Londres, en 1976. Rappelez-vous, un film a fait scandale quelques années auparavant : Harold et Maude, de l’américain Hal Ashby, qui relatait les relations amoureuses entre un étudiant et une femme âgée. Comme nous allons le voir, Tom Sharpe s’empare du sujet et le porte au paroxysme de la farce sociale.

Une émission préparée par Estelle Gapp.

Programmation musicale :

Gilbert Bécaud : « La machine à écrire »

The Beatles : « Come together »

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.