Pourquoi me serait-il interdit d’aimer ? s’écria-t-elle avec une vive expression de curiosité.

  • Mon enfant, écoute-moi. Je connais Victor ; sa gaieté est une gaieté sans esprit, une gaieté de caserne, il est sans talent et dépensier. C’est un de ces hommes que le ciel a créés pour prendre et digérer quatre repas par jour, dormir, aimer la première venue et se battre. Il n’entend pas la vie. Un jour tu déploreras amèrement sa nullité, son défaut d’ordre, son égoïsme, son indélicatesse, son ineptie en amour, et mille autres chagrins qui te viendront par lui. Alors, souviens-toi que, sous ces arbres, la voix prophétique de ton vieux père a retenti vainement à tes oreilles !

    Cette mise en garde ouvreLa Femme de trente ans , étonnant roman d’Honoré de Balzac . Nous sommes à Paris, en avril 1813, et Julie est encore une jeune fille espiègle et charmante. Mais, comme le pressent son vieux père, le mariage va bientôt avoir raison de sa légèreté…

La Femme de trente ans, de Balzac
La Femme de trente ans, de Balzac © Gallimard, Folio classique, 1977

Après les grands romans des dernières semaines – Les Illusions perdues, La Peau de chagrin, Le Lys dans la vallée –, dévoilons ce soir une autre facette du talent de l’auteur : le Balzac nouvelliste .La Femme de trente ans trouve en effet sa source dans différentes nouvelles écrites entre 1829 et 1834, aux tons très variés, assemblées tardivement pour constituer un même récit.

Entre fine analyse psychologique et roman d’aventures, Balzac nous fait pénétrer dans l’intimité de son héroïne, Julie, à des moments charnières de son existence. A partir de la scène fondatrice que l’on vient d’entendre,La Femme de trente ans s’étoffe ainsi sur presque une vie : on accompagne Julie dans la légèreté des premières amours, la résignation de la vie conjugale, les tentations adultères, la sagesse de l’âge mur.

Ces fragments de vie mettent en scène deux thèmes fondamentaux souvent en lutte : la passion amoureuse et la maternité. Ils déclinent par petites touches un dilemme cher à Balzac : les tiraillements entre devoir et passion.

Ce soir, découvrons cet étrange récit, construit comme autant « d’instantanés » de la vie d’une femme , héroïne malgré elle de la vie ordinaire et de ses tentations romanesques.

Programmation musicale :

Marion Rouxin,Trente ans

Jeanne Cherhal, Femme debout

Avec la voix de Jean-Claude Carrière, Georges Simenon (Archives Ina)

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.