C'est dommage que Molière ne sache pas écrire.

(Fénelon)

L'imbécile et dégoûtant Voltaire, pareil à un grand vieux singe pisseur.

(Paul Claudel)

Un cocktail, des Cocteau (André Breton)

Les exemples de méchanceté entre écrivains ne manquent pas... Ceux dans la littérature non plus.

Aujourd'hui, premier volet de deux émissions consacrées à la méchanceté. En compagnie de Christine Murillo, nous allons parcourir certains des textes les plus féroces de l'histoire littéraire.

Christine Murillo
Christine Murillo © radio-france /
Commençons tout d'abord par les méchants, les vrais, avec des extraits de :

  • Funérailles d'hiver, Hanokh Levin, traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz

  • Les Trois soeurs, Anton Tchekhov, éd. Gallimard, coll. La Pléiade, 1967

  • Le Petit chaperon rouge , extrait des Contes de Charles Perrault, éd. GF Flammarion 1991

  • Ubu Roi, Alfred Jarry, éd. Flammarion, 1999

  • Portrait de l'Abbé Dubois , dans Les Mémoires de Saint-Simon, éd. Gallimard, coll. La Pléiade

  • Assommons les pauvres , dans Le Spleen de Paris, Charles Baudelaire, éd. Le Livre de poche, 2003

  • American psycho, Bret Easton Ellis, éd. 10/18, traduit par Alain Defossé, 2005

  • Chroniques des jours entiers, des nuits entières, Xavier Durringer, Editions Théâtrales, 1996Rediffusion du 13/11/2010

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés:
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.