Comme il m’est impossible de prévoir le moment de ma fin, comme à mon âge les jours accordés à l’homme ne sont que des jours de grâce ou plutôt de rigueur, je vais m’expliquer.

Le 4 septembre prochain, j’aurai atteint ma soixante-dix-huitième année : il est bien temps que je quitte un monde qui me quitte et que je ne regrette pas.

Les Mémoires à la tête desquels on lira cet avant-propos suivent, dans leurs divisions, les divisions naturelles de mes carrières.

La triste nécessité qui m’a toujours tenu le pied sur la gorge, m’a forcé de les vendre. Personne ne peut savoir ce que j’ai souffert d’avoir été obligé d’hypothéquer ma tombe ; mais je devais ce dernier sacrifice à mes serments et à l’unité de ma conduite.

Ces Mémoires ont été composés à différentes dates et en différents pays. De là, des prologues obligés qui peignent les lieux que j’avais sous les yeux, les sentiments qui m’occupaient au moment où se renoue le fil de ma narration. Les formes changeantes de ma vie sont ainsi entrées les unes dans les autres : il m’est arrivé que, dans mes instants de prospérité, j’ai eu à parler de mes temps de misère ; dans mes jours de tribulation, à retracer mes jours de bonheur. Ma jeunesse pénétrant dans ma vieillesse, la gravité de mes années d’expérience attristant mes années légères, les rayons de mon soleil, depuis son aurore jusqu’à son couchant, se croisant et se confondant, ont produit dans mes récits une sorte de confusion, ou, si l’on veut, une sorte d’unité indéfinissable. J’ignore si ce mélange, auquel je ne puis apporter remède, plaira ou déplaira ; il est le fruit des inconstances de mon sort : les tempêtes ne m’ont laissé souvent de table pour écrire que l’écueil de mon naufrage.

C’était l’« Avant propos » des Mémoires d’outre-tombe , l’œuvre majeure de François-René de Chateaubriand.

Portrait de Chateaubriand méditant sur les ruines de Rome
Portrait de Chateaubriand méditant sur les ruines de Rome © Radio France / The Yorck Project

Ce livre est celui d’un homme multiple.

Soldat, explorateur, diplomate, homme politique, romancier et finalement mémorialiste de génie : Chateaubriand fut un témoin de son temps et a rendu compte, dans ses Mémoires , du mouvement de son existence par rapport à l’Histoire.

Ce fils d’aristocrates naît à Saint-Malo en 1768. C’est d’ailleurs là-bas, sur le rocher du Grand-Bé, qu’il est enterré face à la mer.

Très tôt, il se passionne pour la politique dont il sera un acteur enthousiaste jusqu’à la Révolution de 1830.

Mais c’est aussi et surtout par l’écriture qu’il atteint la notoriété : des ouvrages comme Atala , René , ou Le Génie du christianisme le font connaître du grand public et notamment de Napoléon Bonaparte, un homme qu’il n’a jamais aimé mais qu’il avoue admirer profondément.

Suite à des difficultés financières, il est contraint de publier à la fin de sa vie les premiers livres de ses Mémoires , qui n’étaient censés paraître, comme le titre l’indique, qu’après sa mort…

Ce soir donc, découvrons Les Mémoires d’outre tombe , un récit autobiographique aux allures de grand poème lyrique, écrit par l'un des grands Romantiques français.

La religion, l’amour, la nature, l’exotisme, et bien sûr la mort : Chateaubriand ouvre la voie à tous les grands écrivains du XIXème siècle tels que Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Vigny ou encore Musset…

Avec la voix de l'historien Marc Fumaroli (Archives INA)

Programmation musicale :

"Vesperae solennes de confessore k 3 : Laudate dominum" de Mozart. Interprète : Laurence Monteyro"Cara sposa" de Haendel. Interprète : Delphine Galou

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.