Publiée il y a tout juste 90 ans, cette correspondance à une seule voix a inspiré des générations d'écrivains. Elle soulève la seule question pertinente en littérature : pourquoi écrire ?

L'écrivain Rainer Maria Rilke dans son bureau, vers 1905. Collection privée. Artiste anonyme.
L'écrivain Rainer Maria Rilke dans son bureau, vers 1905. Collection privée. Artiste anonyme. © Getty / Fine Art Images / Images du patrimoine

« Vous me demandez si vos vers sont bons. Personne ne peut vous conseiller ni vous aider, personne. Il n’existe qu’un seul chemin : plongez en vous-même, recherchez la raison qui vous enjoint d’écrire ; répondez franchement à la question : « Seriez-vous condamné à mourir au cas où il vous serait refusé d’écrire ? ». 

Cette lettre, datée du 17 février 1903, ouvre l’une des plus belles correspondances littéraires, entre le grand écrivain autrichien Reiner Maria Rilke, et un jeune poète débutant, Franz Kappus, dont l’Histoire n’a retenu que le nom. 

En 1903, Rilke a vingt-huit ans. Il n’a pas encore écrit son chef d’oeuvre, Les Elégies de Duino, qui seront publiées en 1922. Mais il est déjà un écrivain accompli, l’auteur  reconnu de plusieurs recueils de poèmes. A vingt ans, Franz Kappus est élève dans le même type de lycée militaire qu’a fréquenté Rilke, quelques années auparavant. Comme son prédécesseur, le jeune homme s’interroge sur son avenir : faut-il faire carrière dans l’armée, ou se risquer sur les chemins de la poésie ?

Inapte à la vie militaire, on sait que le jeune Rilke fait le choix de l’écriture. Mais que sait-on de Franz Kappus ? S’il n’est pas devenu écrivain, c’est lui qui, en 1929, trois ans après la mort de Rilke, fait publier ces _Lettres à un jeune poète_, hommage sincère et pudique, où le destinataire s’efface devant le talent de son idole...

Parcourons, ce soir, ces Lettres devenues célèbres, publiées il y a tout juste 90 ans ... 

Extraits de la traduction de Marc de Launay, dans la collection Poésie/Gallimard. 

La programmation musicale :

LEO FERRE : TON STYLE

BERNARD LAVILLIERS : VILLA NOAILLES

Les extraits sonores :

Sami Frey évoque ce qu'il a compris et retenu de la lecture des "Lettres à un jeune poète" lorsqu'il l'a lu à 18 ans ; le message transmis de se faire confiance et de prendre des risques. 

Nuits magnétiques  : 28/07/1998(Archive INA);

Laurent Terzieff  La poésie de Rilke ( Inter treize quatorze  08/06/1994) 

Laurent Terzieff lit le poème L'heure grave (retrouver référence!!!!) 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.