Cela faisait sept années que Joss avait embrassé la profession de « crieur ». Sur le carrefour Edgar-Quinet-Delambre, des petits groupes compacts se massaient autour de lui pour entendre la criée des nouvelles. Joss officiait quotidiennement, et trois fois par jour. Il récoltait dans son urne une quantité de messages assez considérable, une soixantaine par jour en moyenne, chacun sous enveloppe cachetée et lestée d’une pièce de cinq francs. En relevant ses messages, Joss commençait par former deux tas, le tas dicible et le tas pas dicible. Le Crieur se donnait droit d’exclure ce qui ne passait pas ses propres lèvres.

En déversant le contenu de son urne sur la table, Joss arrêta sa main sur une enveloppe large et épaisse, d’un blanc cassé. Ces messages luxueux – vingt francs dans l’enveloppe – qu’il recevait depuis trois semaines étaient les plus déplaisants qu’il ait eu à lire en sept années. Joss déchira l’enveloppe, déplia le feuillet et lut à voix basse :

‘Et puis, quand les serpents, chauves-souris, blaireaux et tous les animaux qui vivent dans la profondeur des galeries souterraines sortent en masse dans les champs et abandonnent leur habitat naturel ; quand les plantes à fruits et les légumineuses se mettent à pourrir et à se remplir de vers’

Joss retourna la feuille pour chercher une suite mais le texte s’arrêtait là. Il avait vidangé beaucoup de paroles hagardes mais ce type battait des records.

  • Taré, murmura-t-il.

C’était le début de Pars vite et reviens tard , le troisième roman de la série Adamsberg, créée par Fred Vargas.

Pars vite et reviens tard, de Fred Vargas
Pars vite et reviens tard, de Fred Vargas © Editions Viviane Hamy 2001

Après L’Homme aux cercles bleus etL’Homme à l’envers , la romancière poursuit les aventures de ce commissaire pas comme les autres… Intuitif et flegmatique, Adamsberg se retrouve, comme d’habitude, confronté à des phénomènes étranges, d’abord insignifiants, puis très vite dramatiques :

Pourquoi ce Breton crieur de nouvelles reçoit-il des annonces inquiétantes ?

Que sait vraiment cet expert en broderie, reconverti en « conseiller des choses de la vie » ?

Et que signifie ce sigle mystérieux, peint à la chaîne sur les portes des appartements parisiens ?

Ce soir, je vous propose de découvrir ce roman palpitant, immense succès à sa sortie en 2001… Partons en compagnie d’Adamsberg dans le Paris contemporain, à la poursuite d’un sombre messager qui prédit le retour de la peste…

Programmation musicale :

Benjamin Biolay, « Palermo Hollywood »

Marvin Gaye, « Trouble man »

Thiéfaine, «Résilience zéro »

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.