Guillaume Gallienne lit ce témoignage du personnage du roman de Philip Roth comme un cri désespéré pour la tolérance. Écrit sous la forme d’un long monologue, tour à tour cynique ou tendre, et toujours plein d’humour, ce roman de la quête de soi passe par la conquête de la parole.

L’écrivain américain Philip Roth en 1968
L’écrivain américain Philip Roth en 1968 © Getty / Bob Peterson / Collection LIFE

Ça peut pas faire de mal continue en nouvelles diffusions d'émissions antérieures.

Cette fois, il s'agit de l’émission, La Plainte de Portnoy de Philip Roth : un best-seller au parfum de scandale, du samedi 24 mars 2018.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.