Après "Lettre à mon juge" la semaine dernière, quittons la fiction et retrouvons Simenon à l'autre bout de sa vie littéraire, avec sa magnifique "Lettre à ma mère".

Georges Simenon dans les années 1950
Georges Simenon dans les années 1950 © AFP / ARCHIVES

Georges Simenon :

Face à face dans une petite chambre d'hôpital, sachant que l'autre n'a plus que quelques jours à vivre, on est tenté de s'interroger et alors on le fait sincèrement, sans aucun faux-fuyant.

La "Lettre à ma Mère"

Trois ans après la mort de sa mère, Henriette, Georges Simenon dicte cette lettre à son magnétophone. Dans un souffle acéré, il se remémore la semaine passée à son chevet à l'Hôpital de Bavière, où elle a été hospitalisée fin 1970. Le gamin de Liège revient sur les traces de son enfance difficile, lui, Simenon, qui, adulé et traduit dans le monde entier, a souffert toute sa vie de ne pas être reconnu par une femme, Henriette Simenon.

Née Henriette Brüll en 1880, élevée dans la pauvreté et la souffrance, elle est une femme à la sensibilité fragile et au tempérament rugueux, qui, de ses deux enfants, a en effet toujours préféré Christian, le frère cadet de Georges. Par petites touches, Simenon dresse ici le portrait de sa mère et de leur relation.

Et c'est dans ce texte court, paru en 1974 aux Presses de la Cité, qu' il donne certainement le plus de clés pour comprendre le "mystère Simenon". Ainsi que les raisons pour lesquelles il a si obstinément écrit sur ceux qu'il appelle "les petites gens".

Archives sonores

  • Voix de Georges Simenon et de sa mère, Henriette, extraites du documentaire d'Emmanuel Riche, L’Homme qui n’était pas Maigret.
  • Voix de Georges Simenon sur la laideur que peut donner le manque d'argent et sur " les petites gens" dans un entretien du 05/03/1968 avec Thérèse de Saint Phalle (France Culture / archive INA)
  • Voix de Georges Simenon sur le caractère farouche et volontaire de sa mère dans un entretien du 02/12/1955 avec André PARINAUD (France Culture / archive INA)
  • "Ce n’est que sur son lit de mort que ma mère et moi nous sommes compris", Voix de Georges Simenon extraite de Un livre, des voix, dans une Archive INA du 24/01/1975.

Musique

  • Arno : Les yeux de ma mère
  • Camille : Home is where it hurts
  • Jean Guidoni : Maman
L'équipe