"Je suis un homme malade... Je suis un homme méchant. Un homme repoussoir, voilà ce que je suis. Je crois que j'ai quelque chose au foie (...) Je sais parfaitement que ce ne sont pas les docteurs que j'emmerde en refusant de me soigner; je suis le mieux placé pour savoir que ça ne peut faire de tort qu'à moi seul et à personne d'autre. Et, malgré tout, si je ne me soigne pas, c'est par méchanceté. J'ai mal au foie. Tant mieux. Qu'il me fasse encore plus mal!"

Denis Lavant, acteur fétiche de Leos Carax, au Festival de Cannes le 23 mai
Denis Lavant, acteur fétiche de Leos Carax, au Festival de Cannes le 23 mai © Reuters / Yves Herman

C'était la première page des Carnets du sous-so l , l'un des récits les plus sombres de Dostoïevski , interprété par un fervent lecteur du romancier russe : Denis Lavant , merveilleux acteur, qui me fait l'honneur de m'accompagner, ce soir et la semaine prochaine, pour ces deux émissions consacrées à l'un des plus grands écrivains du XIXe siècle, Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski, né en 1821 à Moscou et mort en 1881 à Saint-Pétersbourg.

Ce soir, donc, pour le premier volet de ces deux émissions, je vous propose de parcourir quelques uns de ses plus célèbres ouvrages, de Crime et Châtiment aux Frères Karamazov , en passant par les Carnets de la maison morte ...

Avec les extraits suivants, dans la traduction d'André Markowicz (éditions Actes Sud, 1995)

1. Crime et châtiment (1866) : la célèbre scène du crime de Raskolnikov

2. Les Démons (1871) : un extrait de la confession de Stavroguine

3. Les Carnets de la maison morte (1860) : le récit de Loutchka

4. Les Carnets de la maison morte (extrait 2) : la vie au bagne

5. Les Frères Karamazov (1880) : l'aveu de culpabilité

6. L'Idiot (1869) : la description par Hippolyte d'un tableau de Hans Holbein

Avec la voix d'André Markowicz et André Gide (Archives INA)

Programmation musicale :

MARINA VLADI : "J'ai porté mon malheur"VLADIMIR GOSTUKHIN : "No soblach mlandjurie"

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.