Émission spéciale dans le cadre de "Radio France fête le Livre" ! En direct et en public depuis le studio 105, Guillaume Gallienne nous propose un inventaire de la bêtise...

Charles Berling et Jean Rochefort dans "Ridicule" de Patrice Leconte
Charles Berling et Jean Rochefort dans "Ridicule" de Patrice Leconte © Sipa / RONALDGRANT/MARY EVANS

"Les imbéciles pullulent dans mon œuvre. Il faut dire que j’aime beaucoup les imbéciles ; enfin, je les aime dans la mesure où je les invente, et où, par conséquent, je peux les contrôler. C’est donc avec enthousiasme que j’ai inventé les frères Dalton : Joe, William, Jack et Averell, les quatre chevaliers de la bêtise. Les deux éléments moteurs du quatuor sont Joe et Averell ; et quand je dis « éléments moteurs », cela ne veut pas dire qu’ils vont de l’avant. Ils errent plutôt dans toutes les directions, sauf la bonne. Joe est le plus petit, le plus méchant, et par conséquent le plus bête. Je me sers de lui pour prouver à quel point ses frères sont bêtes, puisqu’ils l’admirent, lui, le plus bête de tous. Voici ce qui nous rassure, nous les auteurs, toujours inquiets du lendemain : les Dalton nous prouvent qu’il y a un avenir pour les imbéciles."

Sans doute l’avez-vous reconnu ?... Ces paroles sont celles d’un grand scénariste de bande-dessinée, René Goscinny, qui fut le complice du dessinateur Morris, l’inventeur de Lucky Luke. Le célèbre cowboy fête d’ailleurs, cette année, son 70e anniversaire.

► LIRE AUSSI Jul : "Avec La Terre promise, on s'adresse à l'intelligence du lecteur" et Lucky Luke sujet de La Marche de l'histoire

Comme le dit Goscinny, nous évoquerons un thème qui, hélas, a de l’avenir : la bêtise... La bêtise est-elle l’innocence de l’ignorance, ou l’arrogance de la méchanceté ?

Car la bêtise se décline en nuances subtiles : il y a, bien sûr, le « gros bêta », « l’âne bâté », ou encore : le sot, le stupide, le « crétin des Alpes ». Quel que soit le vocabulaire, une seule vérité s’impose : on est toujours le con des autres… n’est-ce pas ?

Avec les extraits suivants :

  • Le Bourgeois gentilhomme, de Molière : acte II, scène 4 : la leçon
  • Madame Bovary, de Gustave Flaubert
  • L'Art du Roman, de Milan Kundera
  • L'Idiot, de Dostoïevski - traduction d'André Markowicz
  • Choix de Maximes consolantes sur l'amour, de Baudelaire
  • On Purge bébé, de Georges Feydeau, scènes 1 et 2
  • La Conjuration des imbéciles, de John Kennedy Toole - traduction de Jean-Pierre Carasso
  • La Gloire, de Pierre Desproges

et moult bons mots sur la bêtise...

programmation musicale :

  • Georges Brassens, "Le Temps ne fait rien à l'affaire"
  • Pierre Perret, "La Mère des cons"

... Et un petit florilège d'extraits de films que l'on vous laisse reconnaître...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.