Il y a tout juste 40 ans, le grand romancier américain publiait l'œuvre qui allait le rendre célèbre dans le monde entier : "Légendes d'Automne". Trois nouvelles pour trois parcours d’hommes qui, en pleine crise de la quarantaine, font face à leur destin.

Jim Harrison, écrivain américain (1937-2016), membre du mouvement littéraire "nature writing", qui mêle observations de la nature et autobiographie.
Jim Harrison, écrivain américain (1937-2016), membre du mouvement littéraire "nature writing", qui mêle observations de la nature et autobiographie. © Getty / Sophie Bassouls

L’espace d’un instant, il flotta au-dessus de lui-même et contempla en souriant l’homme au costume impeccable assis en contrebas sur la souche, dans une clairière ensoleillée de la forêt. Regardant autour de lui, il comprit qu’il s’était perdu, mais ce constat le laissa de marbre, car il savait aussi qu’il n’avait jamais été trouvé.

Jim Harrison, écrivain-migrateur

Cet homme perdu dans la forêt, éperdu de chagrin, est l’un des héros les plus attachants du grand romancier américain, Jim Harrison. Comme son personnage, l’auteur est resté fidèle à la terre de son enfance, au bord du lac Michigan, où il a passé toute son existence, avant de s’éteindre, en 2016, à l’âge de 79 ans. 

Comme son personnage, le bien nommé « Nordstrom » (« Tempête du Nord »), Jim Harrison avait hérité de ses ancêtres suédois un caractère tempétueux, sensible aux grands tumultes de l’existence, et aux vagues de mélancolie qui leur succèdent.

Cette violence intérieure, cette tension entre besoin d’action et sentiment d’impuissance, traverse toute la vie et l’œuvre de l’écrivain. Adolescent, il a sillonné les Etats-Unis d’Est en Ouest, en quête de nouveaux horizons. Adulte, il a sans cesse ressenti le besoin de s’évader, en solitaire et en voiture, sur les traces de Jack Kerouac, qu’il avait rencontré dans sa jeunesse. 

Ecrivain-migrateur, Jim Harrison cherche à s’affranchir des frontières qui l’étouffent : frontières géographiques entre le Nord et le Sud ; frontières culturelles, entre les colons blancs et les natifs autochtones ; frontières spirituelles, entre la vie et la mort.

Aujourd’hui, Guillaume Gallienne nous invite à redécouvrir l’œuvre qui l’a rendu célèbre, ces inoubliables Légendes d’Automne, parues en 1978, il y a tout juste quarante ans, et qui font l’objet d’une nouvelle traduction, signée Brice Matthieussent, aux éditions Flammarion. 

Trois nouvelles, qui traversent l’Amérique du Sud au Nord, de la frontière du Mexique à la frontière du Canada, comme un retour aux origines et à soi-même. Trois parcours d’hommes qui, en pleine crise de la quarantaine, font face à leur destin, et affrontent trois formes de violence : la violence physique, la violence sociale, la violence de l’Histoire. 

Embarquons pour ce road-trip passionnant, en compagnie des meilleurs amis de l’écrivain : ses doubles de fiction.

Archives INA

La voix de Jim Harrison  est extraite des émissions suivantes :

  • À Voix Nue - France Culture, du 03/07/2006, avec Clémence Boulouque. 
  • Surpris par la Nuit  - France Culture, du 15/09/2004. 
  • Inter Treize - France Inter, du 11/09/1998.

La musique

Janis Joplin - Cry Baby

Otis Reding - I’ve got dreams to remember

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.