En compagnie de Jean-François Balmer, découvrons l'un des grands maitres de l’humour anglais… P.G Wodehouse.

L'auteur humoriste britannique naturalisé citoyen des États-Unis d'Amérique en 1955, P.G. Wodehouse, chez lui, en 1960.
L'auteur humoriste britannique naturalisé citoyen des États-Unis d'Amérique en 1955, P.G. Wodehouse, chez lui, en 1960. © Getty / Time Life Pictures / Pix Inc./La collection d'images LIFE

Le village de Steeple Bumpleigh gisait au milieu de riantes prairies, le long d’une rivière bordée de saules ; Séjour pittoresque, d’accord. Rien de mieux dans tout le Hampshire.  Mais, il y avait un piège : il contenait le château de Bumpleigh Hall, qui, à son tour, contenait ma tante Agathe et son deuxième mari. Il s’agissait de ma redoutable tante, qui est femme à avaler des tessons de bouteilles et à organiser des sacrifices humains sous les rayons de la pleine lune. Et quand je vous aurai dit qu’à Bumpleigh Hall vivaient aussi sa fille Florence et son fils Edwin, l’adolescent le plus ingrat que j’aie jamais connu, vous comprendrez pourquoi j’avais toujours refusé de me rendre là-bas…

C’est dans ce décor inquiétant que se déroule une intrigue familiale digne d’un vaudeville : l’une des aventures pittoresques de Bertram Wooster, surnommé Bertie, un personnage de dandy inventé, au début du XXe siècle, par le célèbre humoriste britannique, Pelham Grenville Wodehouse. Mais plus que le jeune aristocrate, naïf et maladroit, c’est son valet de chambre, Jeeves, qui a fait le succès de ses romans, grâce à son flegme légendaire, et son talent pour sauver son maître des pires situations. 

Né en 1881, Wodehouse partage sa vie entre l’Angleterre et les États-Unis. Il triomphe à New York, où il compose des chansons à succès pour Cole Porter et Georges Gershwin, et signe de nombreuses comédies musicales. Lorsque l’auteur s’éteint en 1975, à l’âge de 93 ans, ses héros, Jeeves et Wooster, sont devenus aussi populaires que Sherlock Holmes et Watson. Découvrons l’un de ses succès : « Jeeves, au secours ! », un roman publié en 1946, traduit en 1982 par Denyse et Benoît de Fonscolombe, aux éditions 10/18.

Pour entamer cette nouvelle et dixième saison de « Ça peut pas faire de mal » nous accueillons un interprète hors-pair à la voix inimitable : Jean-François Balmer.

La playlist de l'émission :

  • Philippe Katerine : « Moment parfait »
  • Fred Astaire : « Nice work if you can get it »
  • Paolo Conte : « Jeeves 

Les archives et extraits de films :

André Maurois, Jean- Loup Chifflet (archives INA)

Extraits de la série britannique Jeeves and Wooster(créée par Clive Exton avec Hugh Laurie dans le rôle de Bertie et Stephan Fry dans celui de Jeeves ) 

et du film Thank You, Jeeves! réalisé en 1936 par Arthur Greville Collins

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.