« ‘Vous avez sans doute compris, capitaine Walton, que j’ai souffert d’incommensurables revers de fortunes. J’avais décidé que le souvenir de ces maux périrait avec moi ; mais vous avez ébranlé ma résolution. J’ignore si le récit de mes malheurs vous sera de quelque utilité ; cependant, je me dis que vous retirerez de mon histoire une morale opportune, qui vous éclairera en cas de réussite et vous consolera en cas d’échec. Préparez-vous à entendre des faits relevant du merveilleux. Si la nature environnante était moins sauvage, je pourrais craindre votre incrédulité et peut-être le ridicule, mais bien des choses paraîtront possibles dans ces régions mystérieuses alors qu’elles provoqueraient le rire de ceux qui ignorent les pouvoirs infinis de la nature.

Ma destinée est presque accomplie. Je n’attends plus qu’un seul événement, ensuite je pourrai reposer en paix. Rien ne saurait modifier mon sort : alors écoutez mon histoire, et vous comprendrez qu’il est tracé de façon irrévocable.’ »

Ces mots sont ceux de Victor Frankenstein, le héros du célèbre roman de Mary Shelley, publié en 1818…

La première image que nous avons de lui est celle d’un naufragé, recueilli par le Capitaine Walton au large du Pôle Nord…

Frankenstein
Frankenstein © RF

Affaibli et désespéré, il va lui raconter son incroyable histoire : celle d’un homme passionné de sciences et dont l’ambition démesurée l’a conduit à sa perte…

Ce personnage est aujourd’hui un mythe. Mais au départ, il n’était qu’une simple vision…

Mary Shelley a raconté l’avoir vu pour la première fois en rêve, elle avait à peine 20 ans… Puis, dans le cadre d’un concours d’écriture lancé avec des amis poètes, elle a imaginé l’histoire d’un savant fou (Frankenstein) créant un monstre incontrôlable…

Grande admiratrice du Moine (le livre de Matthew Lewis), Mary Shelley maitrise à la perfection les codes du romantisme et va écrire le dernier roman gothique de l’époque…

On oublie souvent son titre complet :Frankenstein ou le Prométhée moderne . C’est pourtant là que se trouve la clef du récit…

Comme Prométhée – le voleur de feu condamné par Zeus à être la proie d’un aigle qui lui mange le foie indéfiniment -, Frankenstein est à l’origine de sa propre ruine, et sera rongé jusqu’à la fin par le remords.

Alors qui, du créateur ou de la créature, est le vrai monstre ? Nous allons le découvrir ce soir…

►►► Programmation musicale

Elliot Murphy - Frankenstein's daughter

Marylin Manson - Unkillable Monster

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.