Suivez nous sur et avec le hashtag :

L'art de ne vraiment rien faire.

The Big Lebowski
The Big Lebowski © Allociné

Dans une société concurrentielle qui sacre le travail comme une valeur suprême. Eriger sa paresse en étendard est devenu un acte presque subversif !

Farniente, ne rien faire, êtret atteint de flemmingite aigüe, avec joie et sans culpabilité. La paresse peut être heureuse et ne rime pas forcément avec torpeur, dépression et vide existentiel mais attention, même en vacances, le paresseux doit composer avec ceux qui l’exhortent à se bouger…

A s’activer, à faire quelque chose. Bref, à remplir son temps de loisirs de façon presque frénétique.

Peut-on être heureux sans ne rien faire ? C’est ce que nous verrons avec nos invités.

Nous reviendrons sur deux personnages de cinéma qui ont érigé la paresse en art majeur…

The Big Lebowski des frères Coen et Alexandre le Bienheureux d’Yves Robert et puis nous évoquerons deux œuvres qui célèbrent la paresse avec volupté.

Bonus : Agathe Le Taillandier, professeur de lettres, nous parle d'Oblomov, ainsi que L’Art presque perdu de ne rien faire de notre nouvel académicien français Danny Lafèrrière

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.