Le regretté Umberto Eco affirmait que celui qui ne lisait pas ne vivait qu’une seule vie et, qu’au contraire, celui qui avait beaucoup lu en avait vécu au moins 5000…

Affiche du film "La rose pourpre du Caire" écrit et réalisé par Woody Allen, 1985
Affiche du film "La rose pourpre du Caire" écrit et réalisé par Woody Allen, 1985 © Getty / Movie Poster Image Art

*On peut bien sûr élargir ce constat aux cinéphiles et aux accros aux séries télé.*

Grâce aux personnages fictifs, il nous est possible de vivre des vies par procuration, de pleurer, de nous émouvoir, de rire par la médiation de nos héros de fiction préférés. Des personnages que nous assimilons parfois à des amis et que nous connaissons parfois peut-être mieux que nos proches...

Le couple imaginaire que nous formons avec un personnage de fiction est bien sûr une relation à sens unique, mais ce lien nous permet de nous construire, de nous interroger sur le sens de la vie ou encore de nous aider à résoudre certains problèmes existentiels. Nous verrons donc ce matin quels sont les mécanismes de notre attachement à Madame Bovary, Spiderman, Hamlet ou encore Walter White.

Bonus : en fin d'émission, Agathe le Taillandier nous parlera de la catharsis dans le théâtre antique !

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.