Il y a des jours ou l’on regrette de ne pas avoir suivi plus assidument les cours d’économie… On regrette parce qu’on a du mal saisir toutes les nuances, si nuances il y a, dans la scène qui se joue en ce moment. Dans le rôle principal, les agences de notation. Et c’est la que ces fameux cours d’éco nous manque… On aurait peut être mieux compris à quoi servent ces agences, comment une note abaissée fait descendre dans la rue la moitié de la Grèce, pourquoi même Obama, l’un des hommes les plus influents de la planète craint de passer de 20/20 à 18 et demi… On sait à peine ce que c’est, et pourtant, ces agences infléchissent la politique des gouvernements.

On les regrette ses cours d’éco, parce qu’on sent bien qu’il se joue là quelque chose d’essentiel, quelque chose qui touche à la bonne marche du monde. D’abord cette impression que le pouvoir de la finance prend le pas sur la démocratie, et ensuite, cette crainte d’une histoire qui bégaie, parce qu’on sait que la crise de 29 a précipité le monde dans le chaos… Une crise que les agences de notation, qui existaient déjà en 29, n’avaient pas, anticipé… Tiens tiens!

Les agences de notation font elle bien leur job, c’est la question de notre débat du midi…

Les invités

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.