Il suffit de bien peu, un papier et un stylo pour écrire une lettre… pourtant qui a reçu récemment du courrier ? Autre évidemment que des factures ou les impôts ? Une lettre, destinée rien qu’à soi, avec une écriture qui laisse deviner quelques traits de caractères, sans jeu de mots, de celui qui a pris la plume…Il y a quinze ans, les lettres s’échangeaient en milliards par an, aujourd’hui c’est en millions. Et on aurait tort de n’incrimer que les mails… la décrue date des années 70: à l’époque, toutes les familles de France possèdent un appareil gris, avec un combiné, un écouteur, et un cadran qui faisait ce bruit là….

Jean Cocteau, d’ailleurs, s’en inquiète dès l'après guerre, lui qui disait: "Si le téléphone avait existé, que saurions-nous d’une Madame de Sévigné ou d’une Madame de Staël, loquaces comme elles l’étaient l’une avec sa fille, l’autre avec Benjamin Constant, pendues au téléphone…"

Le téléphone, donc, puis Internet. Le courriel d’abord puis les réseaux sociaux ont fait le reste… Mais ce qui se fait rare devient précieux, et du coup, chaque lettre reçue prend une valeur affective considérable…

S’écrit-on encore des lettres, des vraies, c’est le menu de notre débat du midi…

Les invités

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.