Les droits des passagers ferroviaires en Europe pourraient être renforcés dans les mois qui viennent.

Actuellement des propositions sont en discussion entre les chefs d’Etats et de gouvernements et le parlement européen. 

Les parlementaires viennent d'adopter les leurs. Les eurodéputés demandent  une meilleure indemnisation des passagers en cas de retard ou d’annulation de train. Ainsi ils  souhaitent  que les usagers  soient remboursés de 50% du prix du billet si le train a une heure de retard, 100% pour deux heures de retard.

En cas de correspondance manquée due à un retard, les parlementaires demandent qu'une correspondance automatique soit mise en place. Un gros travail doit également être réalisé concernant l'accueil  des personnes à mobilité réduite. Soit 80 millions de passagers dans l'Union européenne. Ainsi dans les plus grandes gares, les parlementaires souhaitent que les handicapés soient pris en charge automatiquement, sans avoir besoin de prévenir à l'avance. (C’est les cas aujourd’hui).

Ces propositions ont fait hurler  les opérateurs. Avec de telles mesures ils craignent de voir leurs profits baisser.  La  Communauté européenne du rail, la CER, organisation dont font partie  la SNCF et la Deutsche Bahn considère que les droits des voyageurs ne doivent favoriser seulement les clients  mais permettre au rail  de rester compétitif et attrayant.

Les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont pas encore mis sur la table leurs propositions. Les discussions ne font que commencer. Grosse bataille de lobbying en vue donc, avant d’arriver à une position commune et une nouvelle directive.

Georges Bach député luxembourgeois  explique la philosophie de ces  propositions.

Uber mis à l'amende  en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

Ces deux pays accusent le géant américain de VTC de n'avoir pas suffisamment protégé les informations personnelles de ses clients lors d'un vol massif de données en 2016. 

L'organe britannique chargé de la protection des données, a infligé à UBER  une amende de 385.000 livres (434 mille euros) et son équivalent néerlandais, une amende de 600.000 euros. 

L’Autriche propose un compromis sur la taxe Gafa 

Moment de vérité pour le projet de taxe européenne sur les services numériques tant voulu par la France 

L’Autriche, met un projet de compromis pour la réunion des ministres des finances mardi. 

Le texte propose une entrée en vigueur début 2022. Il comporte aussi une clause pour que les Etats se revoient en 2020, afin de permettre aux 27 de suspendre la future taxe si, entre-temps, un mécanisme est mis en place au niveau international, ce que souhaitent les Allemands. 

Dans l'agenda de la semaine 

Mardi, tous les européens auront les yeux rivés sur le parlement britannique.

Début des débats  sur projet d'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May. Débat qui se poursuivra jusqu’au vote final le 11 décembre. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.