Le gouvernement réfléchit à durcir le contrôles des chômeurs. Pendant ce temps, l'allocation chômage européenne n'est pas prête de voir le jour.

La véritable négociation sur l'assurance chômage doit débuter jeudi prochain. Elle s'annonce très tendue depuis que l'on a appris pendant les vacances que le gouvernement envisageait de durcir certaines sanctions dans le cadre de la future réforme. Une réduction de 50% de l'allocation chômage est évoquée en cas de recherche d’emploi insuffisante. 

On peut se poser la question à juste titre. Alors qu'il existe une libre circulation des travailleurs dans l'union, une liberté d’installation pour les entreprises, pour qu'elle raison n'existerait il pas d’indemnisations européennes pour le chômage ? 

Un socle a minima commun à tous les Etats auxquels auraient droits les salariés européens. La réponse est assez simple : les gouvernements, mais aussi les partenaires sociaux veillent jalousement sur leurs prérogatives nationales.

Pervenche Berès, député européenne social-démocrate, estime que les Etats membres sont rétifs à une indemnité chômage européenne car il y voit une porte d'entrée à une réforme en profondeur des système nationaux. Et les partenaires sociaux n'y sont non plus pas forcément favorables. Interview.

Dans le reste de l'actualité européenne

  • Un premier test de train sans conducteur dès cette année

Il sera réalisé aux Pays Bas. Un test avec un train entièrement automatisé. Pas question pour l'instant de mettre des passagers. Le test aura lieu avec un train de marchandises sur la ligne de fret qui relie les ports de Rotterdam et d'Amsterdam à l'Allemagne.

Ces trains fonctionnent avec un système qui automatise entièrement les opérations du conducteur. Principal avantage, outre le fait qu'il n'y a plus de conducteur, on garde pratiquement les mêmes infrastructures et donc le coût d'exploitation n'est pas très élevé et en plus il parait qu’on fait circuler  plus de  train en même temps.

  • 2018 années européennes du patrimoine culturel

L'année européenne du patrimoine culturel permettra de braquer les projecteurs sur la richesse du  patrimoine culturel européen mais aussi de sensibiliser tous les européens à l'importance que joue leur patrimoine culturel dans l'économie dans l'emploi et en matière sociale. Sept européens sur dix pensent en effet que le patrimoine culturel peut améliorer la qualité de vie.

Dans l'Union européenne, Près de huit millions  d’emplois sont liés au patrimoine, notamment dans le  tourisme, mais aussi dans la sécurité des sites. Avec 453 sites inscrits, l'Europe représente près de la moitié de la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Beaucoup de projets devraient voir le jour à l'occasion de cette année du patrimoine culturel, notamment les assises du patrimoine. Elles devraient permettre de lancer un plan d'action de l'Union en faveur de son patrimoine culturel...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.