L'institut Jacques Delors vient de publier une étude sur les politiques migratoires européennes. Cette étude préconise d'aller vers plus d'Europe pour résoudre la crise des migrants.

L’immigration s’annonce comme le sujet central des élections européennes. A travers cette étude l'institut explique qu'on ne pourra résoudre la crise des migrants qu'en mettant en place une vraie politique européenne de l’asile, des migrations et de la mobilité. Cela passe par trois mesures:

Une harmonisation des procédures d’octroi d’asile, une gestion totalement intégrée de la protection des frontières, (aujourd'hui on en est au stade de la simple coopération car il n'y a pas de partage de souveraineté), il faudrait enfin une vraie politique migratoire européenne, c'est à dire que les 27 organisent  une immigration légale. Dans ce domaine, les États ont beaucoup de mal à lâcher des parcelles de souveraineté. Des lors,  pour qu'elle raison est ce que cela fonctionnerait mieux au niveau européen? Jérôme Vignon auteur de cette étude explique les avantages d’une politique européenne en matière d’immigration

Accord inespéré entre les États sur les conditions de travail  des routiers européens

Cette semaine les 27 se sont mis d’accord pour interdire le temps de repos hebdomadaire dans le camion. C'est la France et l'Allemagne qui ont réussi à imposer cette mesure que d'autres États contestaient. Cette mesure porte sur le temps de repos normal, c’est à dire de minimum 45 heures.  Le temps de repos réduit (au moins 24 heures) peut être pris dans la cabine. D'autre part les routiers faisant du cabotage seront considérés comme des travailleurs détachés. Ils seront donc payés selon les règles du pays où ils font ces opérations. En France un routier étranger sera soumis aux mêmes règles sociales qu'un routier français. Une mesure destinée à protéger le marché national.

La fin du changement d’heure remis à plus tard

La date du 1-er avril 2019 proposée par la commission a du plomb dans l'aile. Les 27 estiment  qu'ils-ont besoin de plus de temps pour se décider. Les Pays-Bas ont rappelé récemment  que la précédente directive sur le changement d’heure avait  été adoptée après quatre années de négociation. Majoritairement les États sont d’accord pour supprimer le changement d'heure mais ils veulent se laisser le temps de la discussion. 

Dans l'agenda européen

Mardi toute l’Europe aura les yeux rivés sur la chambre des communes. Les députés britanniques votent sur l'accord du Brexit négocié par Theresa May. Vote positif ou négatif quelles conséquence pour l'Europe ?  On en parlera dans le téléphone sonne Europe En direct mardi soir du parlement européen à Strasbourg.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.