La Commission n’arrivant pas à remettre dans le droit chemin la Hongrie et la Pologne, elle a décidé de taper au portefeuille ces deux pays.

La Hongrie et la Pologne, deux Etats considérés comme les cancres de la classe européenne car ils menacent  ouvertement l’indépendance de leur justice, mais aussi deux pays qui bénéficient, le plus, des aides de l’Union pour leur développement. Avec un budget de 645 milliards d'euros sur la période 2014-2020, les Fonds structurels sont un des leviers les plus importants pour réduire les inégalités entre les Etats membres. La Pologne reçoit les sommes les plus élevées : 105 milliards d’Euros sur la période 2014-2020. 

Pour essayer de faire rentrer dans le rang les deux récalcitrants, la Commission souhaite introduire une nouvelle disposition dans le budget de l’Union. Il est actuellement en discussion. La Commission souhaite  conditionner les aides au respect de l’Etat de droit. Pas de respect, pas d’argent. 

Pour que cette doctrine s’applique il faut encore que les Etats l’acceptent. Pour cela il faudra qu’ils décident à la majorité qualifiée et non pas à l’unanimité.

Dans le reste de l'actualité européenne

  • Pas de nouveau data center pour Apple en Irlande

Apple justifie ce retrait en raison des retards dans la procédure d'approbation pour la construction du centre. Dévoilé en 2015, ce projet de de 166.000 mètres carrés, représentait un investissement de 850 millions d’euros. Il  devait être réalisé dans une zone rurale du comté de Galway, sur la côte ouest de l'Irlande. Il devait être opérationnel en 2017, mais un contentieux judiciaire a empêché sa construction.

  • L’Espagne pourrait autoriser  l’euthanasie

La chambre des députés a accepté jeudi d'examiner un projet de loi autorisant l’euthanasie. C'est la première fois qu'un tel projet de loi franchit le premier obstacle de procédure. Le texte devrait se heurter à une forte opposition parlementaire. Les précédents ont tous été rejetés. 

Actuellement, l'article 143 du Code pénal espagnol interdit l'assistance à une mort douce et les patients souffrant de maladies incurables n'ont pas d'autre choix que de refuser le traitement s'ils veulent mourir. 

D'après un sondage publié en mars 2017, 84% des Espagnols se disent favorables à aider à mourir "sans douleur" les patients en phase terminale. Le texte doit maintenant être examiné en Commission.

  • Dans l’agenda européen la semaine prochaine

Jeudi, sommet UE-Balkans à Sofia, en Bulgarie. Premier sommet du genre organisé depuis 15 ans. On va sans doute discuter du projet de la Commission européenne. En février Bruxelles a présenté sa stratégie pour un élargissement de l'UE aux pays des Balkans à l'horizon 2025.

Dimanche, entrée en vigueur du nouveau contrôle technique pour les voitures européennes. L’objectif est de mettre en place de nouvelles normes pour parvenir à un contrôle technique identique dans tous les pays. Plusieurs points vont changer : les défaillances majeures avec obligation de réparation dans un délai de deux mois seront plus nombreuses. La liste des contrôles obligatoires est allongée, la durée du contrôle plus longue et bien sur le prix plus élevé.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.